« Guerre » du Nord-Kivu : lettre aux complices de Paul Kagame Monsieur l’Editeur du journal Le Phare,

0
50
Je profite des colonnes de votre journal pour faire passer un message spécial, destiné à une catégorie spéciale de nos compatriotes et d’infiltrés, passés maîtres dans la trahison de la cause de notre patrie.
Chers frères et « amis », qui avez choisi d’être les « collabos » de Paul Kagame dans ses stratégies de déstabilisation de la République Démocratique du Congo par l’entretien de l’insécurité permanente au Nord-Kivu, je vous plains. Je me permets de vous interpeller, en tant que citoyen congolais, car vous avez assez fait massacrer des millions de Congolais, fait détruire nos infrastructures de base et fait piller nos minerais.
  Depuis la chute de Mobutu, vous ne cessiez de vous faire passer pour les sauveurs du Congo et de son peuple. C’est grâce à vous, semble-t-il, que Mzee Laurent Désiré Kabila et ses amis de l’AFDL (Alliance des Forces Démocratiques du Congo) avaient libéré le peuple congolais de la dictature de notre feu Maréchal de triste mémoire. Vous pensez que pour avoir aidé le « soldat du peuple » à chasser Mobutu du pouvoir, le peuple congolais vous est éternellement redevable.
Mais, pour des raisons qui vous sont propres, certains d’entre vous n’aviez par hésité à l’abandonner pour tomber dans les bras du RCD (Rassemblement Congolais pour la Démocratie) qui changeait de chefs comme de chemises (Wamba dia Wamba, Arthur Z’Ahidi Ngoma, Emile Ngoy, Adolphe Onusumba, Azarias Ruberwa), du Mouvement de Libération du Congo avec Jean-Pierre Bemba, du RCD/N (Rassemblement Congolais pour la Démocratie/Nationalistes) de Roger Lumbala, du RCD-K-ML (Rassemblement Congolais pour la Démocratie- Kisangani-Mouvement de Libération) d’Antipas Mbusa Nyamwisi, de l’UPC (Union des Patriotes Congolais) de Thomas Lubanga, des Mai-Mai, etc.
 
Mesdames et messieurs, le peuple congolais sait que sans votre concours actif dans le jeu malsain du président rwandais Paul Kagame, il ne serait pas en train de pleurer sur le sort de 5 millions de compatriotes massacrés entre 1996 et 2003. Grâce à vous, l’homme fort de Kigali a toujours fait croire au monde entier, depuis 1994, que les FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda) constituaient un danger permanent pour la sécurité du Rwanda et la stabilité de ses institutions.
Je vous accuse d’être les complices de Kagame et de ses miliciens génocidaires qui se cachent derrière les FDLR. Car, comment expliquez-vous qu’entre 1996 et 2003, le général James Kabarebe et ses troupes aient traversé la République Démocratique du Congo du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, sans se soucier le moins du monde d’exterminer les FDLR, confinées dans quelques collines du Nord et du Sud-Kivu. Vous devez m’expliquer comment ces rebelles, présentés comme les pires ennemis de la paix au Rwanda, ont-ils pu échapper à vos escadrons de la mort, qui avaient massacré des milliers de réfugiés Hutu rwandais dans les camps de Mugunga, Tingi-Tingi et Wendji ?
 
Je voudrais savoir par où étaient passés James Kabarebe et ses soldats pour ne pas rencontrer, sur leur route, les Interahamwe génocidaires. Mais qu’est-ce qui manquait aux pions du RCD, qui ont contrôlé pendant cinq ans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, fiefs supposés des FDLR, pour « effacer le tableau », comme on dit ?
     Messieurs et dames les complices de Kagame, je vous accuse d’avoir couvert, pendant près de deux décennies, les mensonges de Kagame et des autorités rwandaises, qui niaient soutenir militairement et financièrement les groupes armés et mouvements rebelles chargés de semer la mort et l’insécurité dans la partie Est de la RDCongo. Malheureusement pour vous et heureusement pour le peuple congolais, les Nations Unies viennent de se rendre compte, une fois de plus, que c’est Kagame et son régime qui parrainent le CNDP et le M.23.
Je demande aux Congolais d’ouvrir l’œil et le bon, afin de vous démasquer partout où vous cherchez à nuire à notre pays, à notre paix, à notre souveraineté, à l’intégrité de notre territoire national. Vous, citoyens congolais, comme vous, « infiltrés »  travaillant pour le régime de Kigali au sein des institutions de notre pays, de l’armée, de la police, des services de renseignements, des entreprises du Portefeuille, de l’Administration publique… je vous mets en garde contre la poursuite de votre entreprise maléfique visant l’anéantissement du Congo comme Etat-Nation.
Car, après avoir été longtemps tenu dans l’ignorance des dessous des cartes dans le dossier sécuritaire du Nord-Kivu, le peuple congolais est en train de prendre conscience de sa capacité de résister aux ennemis de son bonheur. Vous pouvez être sûr que le temps n’est plus loin où il va se prendre réellement en charge et mettre fin à la récréation.
 
Prudence Mudekereza (C.P.)

LEAVE A REPLY

*