Guerre de l’Est : Minaku exhorte la représentation nationale à soutenir le chef de l’Etat

0
30

Zemanta Related Posts ThumbnailC’est dans un contexte singulier des concertations nationales  que le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a procédé à l’ouverture de la deuxième session  ordinaire de la chambre basse hier lundi 16 septembre au Palais du peuple.

Cette rentrée parlementaire s’est déroulée en présence du président de l’Assemblée nationale du Congo/Brazzaville, Justin Koumba, du Premier ministre de la RDC, Augustin Matata Ponyo, du président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo  …

Dans son allocution, Aubin Minaku a remercié son hôte de marque pour avoir répondu à son invitation se disant convaincu que les  chambres législatives de  deux Congo ne ménageront aucun effort pour consolider et développer les relations interparlementaires, à travers des visites périodiques, des échanges d’expériences, l’organisation de manifestations culturelles.

Parlant de la guerre de l’Est, tout en saluant les efforts accomplis par le gouvernement sous le leadership de Joseph Kabila,  il a insisté sur le fait que la représentation nationale reste préoccupée par la situation sécuritaire dans la partie orientale de la RDC.

Le président de l’Assemblée nationale a déclaré sur ce point que son institution ne peut qu’appuyer les options fondamentales levées par le chef de l’Etat pour mettre définitivement fin à la guerre d’agression, injustement imposée au peuple congolais, pour des intérêts inavoués afin de bannir à jamais le cycle des violences massives des droits humains à l’endroit des paisibles populations congolaises.

Le speaker de la chambre basse a rendu un vibrant hommage aux forces armées congolaises qui font preuve d’héroïsme en mettant en déroute les forces négatives et leurs alliés dans cette période cruciale de la réactivation du processus de Kampala.

Parlant des concertations nationales, Minaku  a précisé que la poursuite des travaux ne signifie pas que les délibérations parlementaires en plénière ou en commissions et le contrôle parlementaire seront mis en veilleuse.

Des dispositions pratiques seront prises, conforment au règlement intérieur, pour que le mandat des représentants du peuple soit rempli de manière continuelle a-t-il souligné.

S’agissant du contrôle parlementaire, le président de l’Assemblée nationale a relevé que tirant les leçons de la dernière session, un nouveau mécanisme sera mis en place pour permettre aux élus d’exercer pleinement et sereinement leur fonction de contrôleurs des institutions et établissements publics durant l’actuel session essentiellement budgétaire.

Il a demandé aux ministres d’être très  disponibles pour  le contrôle parlementaire,  car ils sont redevables devant le peuple.

«S’il est vrai que les missions à l’étranger sont nécessaires pour la bonne marche du pays, il n’en demeure pas moins que le contrôle parlementaire doit toujours, dans vos agendas, être revêtu d’un sceau priorité », a-t-il martelé.

Le numéro 1 de la chambre basse a déploré le fait que les dernières vacances  ont été un moment difficile avec la condamnation par la justice d’un député. Deux autres élus sont sous le coup des plaintes déposées au parquet général.  Face à cette situation, il a jugé important que la plénière puisse en cerner les causes endogènes et exogènes dans une introspection.

Prenant la parole à son tour, le président de l’assemblée nationale de Congo-Brazzaville, Justin Koumba, a confirmé le soutien du président sassou au peuple congolais afin que les concertations nationales donnent des résultats escomptés.

Eric Wemba  

LEAVE A REPLY

*