Guerre de l’Est : l’UNC demande à Kinshasa d’organiser la résistance

0
48

Face à des guerres devenues récurrentes à l’Est de la République Démocratique du Congo depuis plus d’une décennie, le groupe parlementaire de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) vient d’exhumer le fond de la pensée du tombeur de Mobutu le 17 mai 1997, Laurent Désiré Kabila, pour mettre fin à cette tragédie.

A l’issue d’un dîner de travail organisé hier jeudi 30 mai avec le président de leur parti, Vital Kamerhe, cette plateforme a, par la bouche de son chef, Justin Bitakwira, appelé le gouvernement de Kinshasa à organiser la résistance populaire pour mettre un terme définitivement à la guerre de l’Est de la RDC, qui n’a que trop duré.

Bitakwira a affirmé que l’auto-prise en charge pour bouter les agresseurs hors des territoires de l’Est de la RDC reste l’unique solution pour le retour de la paix face au double langage diplomatique de la communauté  internationale, qui demande paradoxalement  au gouvernement de négocier avec le M23 qu’il reconnait comme force négative dans ses résolutions.

Pour ce proche de Kamerhe, cette duplicité de la communauté internationale légitime le M23 soutenu par le Rwanda et l’Ouganda, deux pays qui ont transformé la RDC en un champ de bataille.

Le président du groupe parlementaire de l’UNC a dénoncé la diversion de certains acteurs de la communauté internationale qui, pour esquiver la question de la guerre de l’Est qui continue à faire des victimes dans les rangs des Congolais, annoncent l’octroi d’1 milliard de dollars américains pour le développement de l’ensemble de la Région des Grands Lacs.

L’élu de Fizi pense que la mobilisation de 6.000 guerriers éparpillés à travers le pays pourrait neutraliser  les forces négatives à la place de 3.000 hommes de la Brigade d’intervention rapide dont l’agenda reste très flou jusqu’à ce jour.

Bitakwira a réaffirmé que le dialogue national reste une nécessité, suite à la faiblesse des institutions en place, pour rétablir la paix et l’autorité de l’Etat de l’Est.

Il a recommandé au pouvoir en place d’impliquer la population à la résistance pour défendre la patrie en danger et  mettre fin à cette  guerre qui menace l’existence de la RDC en tant que Nation.

Bitakwira  a fait savoir que si le pouvoir en place ne le fait pas, les forces vives de la Nation, qui tiennent à l’intégrité territoriale, l’obligeront à le faire.

Présent à cette rencontre, le président de l’UNC, Vital Kamerhe a, tout en louant la qualité du travail accompli par ses députés dans le cadre du contrôle parlementaire, invité ces derniers à se focaliser sur la situation de la guerre à l’Est qui met la RDC à la croisée des chemins.

Concernant l’épineuse question du porte-parole de l’Opposition, il s’est refusé à faire le moindre commentaire.

ERIC WEMBA 

LEAVE A REPLY

*