Guerre de l’Est de la RDC : la Société Civile invite la Brigade d’intervention à entrer en action

0
118

images (8) A l’occasion de la clôture des travaux du premier Forum National de la Société Civile de la République Démocratique du  Congo, tenu du 17 au 20 juillet 2013 au Centre Theresianum à Kinshasa, les activistes des mouvements associatifs ont solennellement fait une déclaration en rapport avec la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est du pays. 

Invitant la Brigade d’Intervention de la MONUSCO déjà présente à GOMA à l’action, les participants ont indiqué qu’aucun prétexte ne pourra justifier ce jour l’inaction de cette brigade dont la venue était saluée par  tous les Congolais.

Considérant comme « très graves » les récentes menaces ouvertes du RWANDA au gouvernement congolais et à la MONUSCO, les délégués de la Société civile pense qu’elles traduisent l’intention toujours belliqueuse de cet Etat et sa détermination à continuer à violer l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

En présence du ministre du Plan, Vunabandi, ainsi que les représentants de l’Union européenne, de la Monusco ainsi que les nombreux diplomates, la Société Civile a saisi l’occasion pour encourager les Nations-Unies et les acteurs politiques, toutes tendances confondues, à accompagner toutes les initiatives nationales visant à pacifier le pays et à consolider la cohésion nationale. C’est à ce titre qu’elle se dit favorable aux Concertations Nationales convoquées par le Président de la République, Joseph Kabila. «Cependant, en vue de crédibiliser cette initiative louable, qu’il plaise au Chef de l’Etat d’impliquer toutes les parties prenantes (c’est-à-dire  la Société Civile, l’Opposition Politique et la Majorité) dans l’organisation, depuis la phase préparatoire jusqu’à la clôture de ces travaux». En clair, le Présidium de cette concertation devrait être constitué des représentants de ces trois composantes et, à chaque degré, la représentativité équitable est souhaitée.

Au Gouvernement Central, elle a recommandé de rétablir son autorité sur toute l’étendue du territoire national; de libérer sans délai les populations des territoires sous occupation (Nyiragongo, Rutshuru et Beni) et prises en otage par le M23,  les ADF-NALU, les AL-SHABAAB et autres groupes terroristes; d’impliquer la Société Civile dans l’organisation des Concertations Nationales prévues prochainement par le Chef de l’Etat afin que ce cadre contribue efficacement à relever les défis du moment et scelle la véritable cohésion nationale.

A la MONUSCO, elle a demandé d’imposer, à travers sa Brigade d’intervention, la paix, en éradiquant immédiatement toutes les forces négatives de l’Est de la RDC ; de protéger, comme jamais au paravant, les civils et d’exiger du Conseil de Sécurité des Nations-Unies l’envoie immédiat de drones pour plus d’efficacité dans le travail de cette Force et dans la sécurisation des frontières de la RDC.

Dans le même registre, elle l’a exhortée à décourager toutes les velléités sécessionnistes (du genre «Kata-Katanga», Ituri aux Ituriens,…) qui détruisent les valeurs de cohésion et d’unité nationale.

Quant aux puissances amies (USA, France, Belgique,…), les animateurs de la Société civiles les ont appelées à plus de solidarité avec la RDC pour décourager  par tous les moyens les Etats qui jouent à sa déstabilisation, au risque que la guerre ne continue plus à diviser les peuples de la Sous-Région; d’appuyer avec célérité la réforme de l’armée, des forces et services de sécurité, pour l’amélioration du système de sécurité au pays ; de s’engager dans la lutte contre le terrorisme en émergence au Nord-Kivu (Territoires de Beni, Rutshuru et Nyiragongo) afin que celui-ci ne s’enracine ici et ne devienne source de déstabilisation de la Sous-région et plus tard du monde entier.

Il convient néanmoins de souligner que les participants à ce Forum ont réussi à mettre en place un Cadre de Concertation de la Société Civile dont les noms des animateurs seront connus dans les prochains jours.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*