Gratuité de l’enseignement : Shabunda montre la voie

0
72

Un « Atelier national de présentation et de réflexion sur les résultats du Programme de financement basé sur les performances dans le secteur de l’Education » a été ouvert hier mercredi 26 mai 2010, dans la salle de conférence Père Boka, au Cepas dans la commune de la Gombe, par le Directeur Saint-Pierre Mbo Ntula-Bile Mboyo qui représentait le Secrétaire général à l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) empêché. Organisé grâce à l’appui financier de Cordaid/Hollande par l’Agence d’Achat des Performances (A.A.P.) basée au Sud-Kivu, cet atelier s’est assigné comme objectif de vulgariser une expérience riche en enseignements de la sous-division de l’Epsp/Shabunda, au Sud Kivu, en matière de financement de l’Enseignement, pour parvenir à l’atteinte d’une gratuité de l’E.P.S.P., sinon de l’Education Pour Tous (E.P.T.) en Rd Congo. Cela dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), décidé à Dakar en 2000.

En ouvrant ces assises de deux jours – qui vont du 26 au 27 mai 2010 – Saint-Pierre Mbo Ntula-Bile a reconnu, de prime abord, la nouveauté de cette approche. Elle constitue, dit-il, une nouvelle dynamique de changement dans le secteur de l’Epsp. En effet, il a précisé que conformément aux objectifs du millénaire pour le développement de l’Education pour tous, au regard des résolutions du cadre d’action de Dakar 2000, à l’article 43 de notre Constitution et au document ‘DSRP’, le gouvernement de la République vient d’adopter la « Stratégie de développement de l’Epsp » qui tourne autour de trois axes ou objectifs : l’accès, l’équité  et la rétention scolaire ; la qualité et la pertinance ; et enfin, le renforcement de la bonne gouvernance de notre système éducatif. Il a lancé un appel à toutes les Ong partenaires du ministère de l’Epsp à aligner leurs interventions autour de ces objectifs stratégiques.

Une éducation inclusive de qualité pour le développement et la paix 

En résumant la vision politique du gouvernement défendue par le ministre Maker Mwangu Famba de l’Epsp, il dit qu’elle vise à construire un système d’éducation inclusive et de qualité, contribuant  efficacement à la croissance économique, à la lutte contre la pauvreté, à la promotion de la paix et d’une citoyenneté démocratique active dans l’objectif de former des hommes et femmes créatifs, capables d’apprendre à apprendre. Dans la droite ligne de cette politique, il a souligné que depuis l’année 2008, Cordaid et l’AAP développent au Sud-Kivu une expérience sur le financement basé sur les performances dans le secteur de l’éducation  en collaboration avec la division et l’inspection provinciales de l’Epsp. Après une mission d’experts du ministère sur terrain, on a trouvé que cette expérience rencontre les axes de la stratégie de développement sous-sectoriel avec des résultats prometteurs. Pour conclure, le représentant du Secrétaire général a prévenu les participants qu’au cours de cet atelier, les mécanismes de mise en œuvre de ce programme et les résultats seront présentés par les acteurs de terrain et méritent d’être partagés afin de corriger les faiblesses et arrêter le consensus sur les modalités de la mise en œuvre du financement basé sur les performances dans le secteur de l’éducation.

Georges Milumbu, un consultant national du Bureau d’Opérationnalisation des Stratégies Scolaires (BOSS) a présenté aux participants la stratégie du gouvernement intitulée « Stratégie pour le développement du sous-secteur de l’Epsp ; 2010/2011 – 2015/2016. «Cette stratégie, grâce à ses trois objectifs, dit-il, vise l’univeralisation progressive de l’éducation de base à travers un enseignement primaire obligatoire et gratuit ; l’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement à tous les niveaux et, enfin, le renforcement de la gouvernance par l’utilisation des ressources disponibles  et la gestion du système dans le contexte de la décentralisation.

SAKAZ         

LEAVE A REPLY

*