Grand Kasaï : campagne pour aider 150.000 enfants à retourner à l’école

0
38

Devant l’ampleur de la déscolarisation de la jeunesse dans les cinqprovinces sinistrées, du Grand Kasaï, à savoir, Kasaï, Kasaï-Central, Kasaï-Oriental, Lomami et Sankuru – le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et ses différents partenaires ont lancé à partir du 15 septembre 2017, une grande campagne pour scolariser 150.000 enfants.

Dans un communiqué de presse daté du 15 septembre 2015, l’Unicef
estime que dans ces cinq provinces durement touchées par la crise,
440.000 enfants ont été empêchés de terminer l’année scolaire
précédente en raison de l’insécurité consécutive aux affrontements qui
ont opposé depuis plusieurs mois les milices et les forces de
sécurité. En outre, elle précise que ces affrontements ont entraîné le
déplacement des milliers de familles, dont 850.000 enfants, sans
aucune possibilité d’accès aux services essentiels comme l’éducation
et les soins de santé.
Depuis le début de cette crise, plus de 400 attaques contre des
écoles ont été documentées et la peur de la violence a conduit des nse
montrer  réticents pour envoyer leurs enfants à l’école. Dr Tajudeen
Oyewale, représentant intérimaire de l’Unicef en RDC, a dit qu’il
était crucial pour les enfants de retourner à l’école pour restaurer
un sentiment de normalité dans leur vie après des mois de peur et
d’incertitude. Il a rappelé le fait que des enfants rentrés chez-eux
après s’être cachés pendant des mois ont tous émis le vœux de
retourner à l’école. Il en était de même pour tous les enfants forcés
de participer aux hostilités d’une manière ou d’une autre. Ils ont foi
en l’avenir et sont convaincus que l’éducation est la meilleure voie à
suivre.
Selon l’Unicef, cette campagne de retour à l’école menée avec ses
partenaires dans la région du Kasaï comprend des activités de
communication encourageant les parents à inscrire leurs enfants, la
distribution des kits scolaires pour les enfants les plus vulnérables
et la formation de 2.750 enseignants à l’éducation, à la paix et au
soutien psychosocial. Ce communiqué rappelle que l’Unicef a également
appuyé la sensibilisation des communautés sur les risques liés aux
mines et aux engins non explosés en milieu scolaire.
SAKAZ