Grâce à un jury impartial, les lauréats bientôt dévoilés

0
51

La Commission chargée des sites et monuments historiques du cinquantenaire de l’Indépendance est en train de poser les jalons d’un jubilé à la dimension d’un Congo réconcilié avec son histoire. Après un travail très fouillé, l’option a été levée pour la mise en valeur de deux emplacements pouvant servir de symboles historiques. Il s’agit de la Place de la Gare et celle du Palais du Peuple où l’on doit installer des monuments historiques rappelant, respectivement, la Renaissance et les Souvenirs.

A ce titre, la Coordinatrice de la Commission des sites et monuments, Josette Shaje Tshiluila, qui assume également la fonction de Commissaire général adjoint du Cinquantenaire, a pensé juste: « Ces sites et monuments étant reliés au quotidien du peuple congolais, il était de notre devoir de les associer dans le processus afin de marquer la communion d’esprit et des cœurs. Les emplacements choisis reflètent et respectent leurs convictions. Aussi, dans le contexte du Cinquantenaire, nous ne pouvons placer un patrimoine imposé ou venu d’ailleurs!  Nous avons lancé le concours de maquettes à soumettre. Une commission technique d’experts d’arts plastiques et architecturaux s’y est attelée avec une discipline exemplaire. Et ce, sur base d’un règlement imposant le dépôt, dans le délai, des propositions en versions maquette et dossier explicatif. »

Un tri de professionnels 

Les dossiers réceptionnés et dépouillés sur base de ces règlements généraux et spécifiques du concours, c’était le tour d’un Jury impartial de statuer, samedi 27 février dernier, au bureau du cinquantenaire. Huit lauréats sont en course, dont trois pour le monument des Souvenirs et cinq pour celui de la Renaissance. Leurs travaux ont été cotés sur base de critères suivants : Respect du thème, originalité, respect des propositions, message véhiculé, source d’inspiration, possibilités d’appropriation, sujet de curiosité, présence d’un Symbole fort, appréciation de l’œuvre elle-même et l’œuvre dans son environnement.

Etaient membres du jury, des personnalités culturelles et politiques connues et impliquées dans la réhabilitation de la ville de Kinshasa. Le président du Jury, Prof. Lumengameso, Directeur des Archives nationales qui a déclaré : « Nous avons travaillé dans l’ordre en commençant par l’adoption du règlement du jeu, du compte rendu de la Commission technique et la présentation des 8 maquettes. Nous sommes, par après, passés au vote secret que chacun de nous a réalisé en âme et conscience. Le Directeur technique du Bureau d’Etudes d’aménagement et d’urbanisme dans le cadre des Cinq chantiers de la république, François M. a confié : « Ce travail doit être approprié par la population. Mon apport a consisté, en tant qu’architecte urbaniste, à identifier et juger si les maquettes correspondent à l’emplacement des sites indiqués. » Alors que de l’avis du Secrétaire général de l’ABA, Prof. Makala : « Beaucoup d’étudiants ont participé à ce concours. Comme beaucoup d’appelés et peu d’élus, je ne peux évaluer leur performance car nous avons coté sous pli fermé. Nous découvrirons les résultats des deux gagnants ensemble avec le public. »

Pour le Directeur de l’IBTP, Prof. Tshisuaka Ngalula : « En tant qu’architecte, nous avons jugé l’œuvre en soi, dans sa globalité et dans son environnement. Un monument doit refléter une projection dans le mental de la population. Après, il y a un travail d’ordre pédagogique à opérer. »

Selon le seul critique d’art présent, Bruno Ilunga : « Ce jury est composé de tous les corps de métiers. Chacun de nous a respecté la ligne de conduite tracé par le règlement. Dans l’ensemble, les œuvres sélectionnées  répondent à l’esprit du concours. »

L’architecte Liévin Chirha Lwirwa, Prof. Associé à l’Ibtp a souligné, quant à lui : « L’ambiance du travail garantit les résultats à suivre. »

Tandis que pour la seule femme, membre du Jury, Mme Salomé Mwemena, gestionnaire du Musée de Kinshasa : « En tant que muséologue, éducatrice et mère, je suis heureuse de participer à ce jury. Je mets, chaque jour, pour la transmission réelle des messages des œuvres. Que les monuments à installer sur les sites puissent vraiment être adoptés par tous !»

Bref, sur base du travail abattu par le jury, Mme Josette Shaje a conclu : « Je suis très satisfaite de cet ouvrage dont la primeur est réservée au Commissaire général avant que vous soyez invité, officiellement, à découvrir le résultat dans une cérémonie aussi somptueuse. »

Eddy Kabeya           

 

LEAVE A REPLY

*