Gouverneur fraîchement élu de l’Equateur : Koyagialo hospitalisé

0
52

KoyagialoLouis-Alphonse Koyagialo Ngbase Te Gerengbo, gouverneur fraîchement élu de la province de l’Equateur, se trouve hospitalisé depuis hier jeudi 05 septembre 2013 au CMK (Centre Médical de Kinshasa), après un bref transit par Ngaliema Center. Certaines sources affirment qu’il aurait été victime d’une attaque de paludisme, tandis que d’autres soutiennent qu’il souffrirait d’un surmenage.

En tous les cas, il a dû être amené précipitamment, dans la matinée d’hier, au centre hospitalier Ngaliema Center. Après les premiers soins, le personnel médical a décidé de le transférer au CMK. Dans cette formation médicale, indique-t-on, il a frôlé le coma avant qu’on arrive à stabiliser son état sanitaire. Aux dernières nouvelles, on apprend que la situation est sous contrôle médical et que le pire a été évité.

Mais, en dépit du fait que Koyagialo n’avait pas encore rendu son dernier soupir, la nouvelle de sa mort s’est répandue à travers la ville comme une traînée de poudre. Dans les salons politiques, les milieux d’affaires, les locaux administratifs comme dans les moyens de transport en commun, des commentaires sont allés dans tous les sens.

On rappelle que le nouveau gouverneur de l’Equateur est un chevronné de la territoriale qui avait eu à assumer, sous le régime de Mobutu, les fonctions de Commissaire Sous-Régional (Commissaire de District) à Likasi, de Commissaire Urbain à Lubumbashi et de Gouverneur du Shaba (Katanga). Il avait perdu son poste à la suite de l’affaire «Lititi Mboka» ou massacre des étudiants de l’Université de Lubumbashi (10-11 mai 1990).

Arrêté, jugé et condamné à 5 ans de prison, il avait bénéficié d’une mesure de grâce présidentielle en 1994.

Revenu à la politique sous le régime de Joseph Kabila, il avait longtemps assumé la chargé de Secrétaire Exécutif Adjoint de l’AMP (Alliance de la Majorité Présidentielle), à l’ombre de feu Katumba Mwanke avant d’exercer, à titre intérimaire, la fonction de Premier ministre entre mars et mai 2012, après la démission d’Adolphe Muzito.

Kimp

LEAVE A REPLY

*