Gouvernement-Pétroliers : cessez-le feu !

0
89

Plus de guerre entre le gouvernement congolais et les pétroliers ! Au bout de plusieurs heures de discussions entre le ministre d’Etat en charge de l’Economie Nationale, les ministres des Finances et des Hydrocarbures d’une part et les pétroliers d’autre part
(multinationaux et nationaux), hier lundi 4 septembre 2017 au bureau du ministre de l’Economie nationale, les deux parties ont finalement convenu de la fin des hostilités engagées entre eux depuis quelques jours concernant le réajustement du prix du carburant à la pompe.

« En tant que croyant, je me réfère toujours à une parole de la bible dans l’ecclésiaste : il y a un temps pour tout, il y a eu un temps pour nous rentrer dedans, il y a eu un temps pour faire la guerre, maintenant nous venons de signer la paix, la paix pour l’intérêt supérieur de la nation, la paix pour que nos partenaires fassent de bonnes affaires. Nous avons parlé franchement, nous nous sommes regardé dans les yeux. », a indiqué Joseph Kapika, au sortir des échanges avec ses hôtes.

Ils ont convenu de la mise en place d’une commission d’experts dès ce
mardi 5 septembre avec mission d’approfondir les différentes pistes de
solutions soulevées par les uns et les autres, afin de parvenir à un
compromis.
« Une commission technique sera convoquée dès demain mardi pour
examiner en profondeur et  en détail, toutes les questions qui ont
fait que nous ayions perdu le sommeil. Nous sommes dans le bon, je
suis très bien placé au nom de mes collègues de vous dire que nous
venons de signer la paix. » a expliqué le ministre de l’Economie
nationale.
En ce qui concerne la fin de la vente séquentielle de carburant à la
pompe, Joseph Kapika a appelé la population au calme, tout en la
rassurant qu’à ce stade, le gouvernement et les pétroliers ont
effectivement mis fin aux hostilités.
Au cours de leurs discussions, les pétroliers ont exposé aux membres
du gouvernement, différents problèmes auxquels ils sont confrontés.
Ces derniers disent vendre à perte d’autant plus que le taux actuel
sur le marché varie entre 1550 et 1600fc. Selon les pétroliers, ils
achètent le carburant au près des fournisseurs au taux de terrain
(plus ou moins 1600) alors que lors de la vente, ils sont obligés de
vendre au taux indiqué dans la structure de prix (soit 1 dollar à 1380
FC). A l’occasion de ces échanges, ils ont également rappelé la
créance du gouvernement vis-à-vis de la profession pétrolière. C’est
donc au regard de toutes ces plaintes, qu’ils ont demandé au
gouvernement de réajuster le prix du carburant à la pompe au taux du
jour ou de mettre à leur disposition plus de devises au taux indiqué
pour soutenir leur trésorerie.
Le vice-président du GPDPP (Groupement des Professionnels
Distributeurs des Produits Pétroliers) José Landu Panzu, a expliqué
qu’ils ont discuté en toute franchise, se regardant dans les yeux
comme d’habitude, tous les sujets qui les ont occupés. Il a affirmé
être confiant quant au travail qui sera abattu par la commission
technique, lequel sans nul doute, va apporter des solutions efficaces
et surtout pérennes.
Les pétroliers ont ainsi promis de faire parvenir à leurs
fournisseurs les résolutions prises à l’issue de leurs discussions et
qu’avec le soutien du gouvernement et dans les solutions dégagées, on
pourra revenir très rapidement à une situation normale.
Myriam Iragi