Global Witness exhume les contrats chinois

0
33

En séjour de travail en République démocratique du Congo, Daniel Balint-Kurti, chargé de campagne pour la Rd Congo au sein de l’organisation non gouvernementale britannique Global Witness,  s’est entretenu hier, jeudi 10 mars 2011,  avec le ministre du Budget, Jean-Baptiste Ntahwa sur les contrats « sino-congolais » ( contrats conclus par le gouvernement  de  la Rd Congo avec  un consortium d’entreprises chinoises) dont certains points restent opaques. Il a présenté à son hôte le rapport rédigé par son organisation à ce sujet.
 Au moment  où les partenaires économiques de la Rd Congo saluent une certaine avancée remarquable   dans le processus engagé pour la réforme des finances publiques du pays, au sortir de l’audience le délégué de cette Ong qui travaille pour la promotion de la bonne gouvernance et de lutte contre la corruption à travers le monde a expliqué à la presse qu’il a voulu exprimer les inquiétudes qu’éprouve son organisation sur les contrats dit « sino-congolais » dont il est estime que le peuple congolais n’est pas  suffisamment informé.

 Entre autres points obscurs dénoncés par Global Witness,  Balint-Kurti a fait état des réserves de son organisation au sujet de la connaissance de ce contrat par le public congolais. Il a précisé notamment que le public ignore les types d’infrastructures  qui seront construites en Rd Congo et comment le pays pourra payer les 19% des bénéfices dûs aux Chinois à la faveur de ce montage financier (matières premières contre travaux).
 A cette peur de la méconnaissance du contrat par le public, Global Witness  ajoute aussi   le fait qu’au cas où le pays n’arriverait  pas à honorer ses obligations envers la Chine, il y a risque que la Rd Congo hypothèque ses immenses richesses.
 En guise de réponse aux inquiétudes  exprimées, Balint-Kurti  de Global Witness a déclaré que le ministre du Budget  s’est engagé à  faire un rapport utile à la haute hiérarchie du pays.
 Par ailleurs, en marge de cette audience,  Odon Nsampanga a effectué une  tournée à la Cellule informatique interministérielle (Cii) pour saluer l’entrée en fonction de 31 candidats qui avaient satisfait au test de recrutement organisé l’année dernière par son ministère et qui sont devenus aujourd’hui des agents effectifs de l’Etat.
 Pour rappel, ce test, une première dans les annales de la Fonction publique  avait au départ reçu 815 candidatures, seules 31 ont été retenues.

A.Vungbo   

LEAVE A REPLY

*