Glissement des obsèques de Tshisekedi : les femmes de l’UDPS interpellent Ramazani Shadari

0
194
Ramazani Shadari de la majorité présidentielle, lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 15/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Ramazani Shadari de la majorité présidentielle, lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 15/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

L’appel à la solidarité et à la compassion lancé la semaine dernière, à partir de Bruxelles, par la veuve du regretté Etienne Tshisekedi, n’a pas laissé indifférentes les femmes membres de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Réunies hier mardi 2 août au siège de leur parti, dans la commune de Limete, cadres et combattantes de la Ligue des Femmes de l’UDPS, sous la direction de leur présidente, Denise Lupetu, ont décidé d’apporter tout leur soutien à maman Marthe Kasalu, qui a sollicité sur le plateau de TV5, les interventions des Chefs d’Etat du monde entier,
singulièrement ceux d’Afrique, et leurs épouses, pour le rapatriement de la dépouille mortelle de son mari décédé depuis le 1er février 2017
à Bruxelles.
Denise Lupetu a fait savoir que les femmes de l’UDPS, de concert avec
leurs sœurs des partis et regroupements membres du Rassemblement des
Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, notamment le G7,
la Dynamique de l’Opposition, l’Alternance pour la République, le G14
…envisagent une décente à la Vice-Primature en charge de l’Intérieur,
pour demander des explications à son responsable numéro un, Emmanuel
Ramazani Shadari.
Selon la présidente de la Ligue des Femmes de l’UDPS, leur souci est
d’être éclairée sur les raisons profondes qui empêchent ce membre du
gouvernement à signer le communiqué final devant sanctionner les
négociations entre les familles  biologique et politique de Tshisekedi
avec l’Etat congolais, pour le rapatriement de la dépouille mortelle
de l’opposant historique au pays de ses ancêtres et l’organisation des
obsèques dignes de son rang.
Elle a indiqué que leur structure, avec l’appui des femmes d’autres
forces politiques et sociales acquises au changement, n’exclue pas
l’hypothèse de s’inviter à la présidence de la République si elles ne
trouvent pas gain de cause, dans leur démarche, auprès du Vice-premier
ministre chargé de l’intérieur.
Denise Lupetu a exhorté les tenants du pouvoir en place d’avoir une
pensée pieuse pour l’illustre disparu et de la pitié pour sa veuve,
qui est condamnée à dormir à même le sol depuis six mois, conformément
à la coutume, en attendant le retour au pays du corps de son défunt
mari et son inhumation.
Elle a jugé inacceptable le calvaire de Marthe Kasalu loin de sa
terre natale et des millions de Congolaises et Congolais prêts à
l’accompagner dans la pénible épreuve qu’elle traverse. En faisant
croire que les obsèques de Tshisekedi pourraient donner lieu à de
troubles graves à Kinshasa, a-t-elle relevé, le pouvoir en place
démontre qu’elle ne veut pas réserver à l’illustre disparu les
hommages qu’il mérite amplement pour sa constance dans la longue lutte
pour l’émergence de la démocratie et de l’Etat de droit en République
Démocratique du Congo.

ERIC Wemba