Genève : étude sur les besoins des victimes des violences sexuelles en RDC

0
48

« Le 3 mars 2011, un panel d’experts sur les droits de l’homme et la protection présentera, à Genève, les résultats et recommandations de son étude sur les besoins des victimes de violences sexuelles en Rd Congo, » a annoncé hier à la presse Touré Penangnini, porte- parole intérimaire de la MONUSCO. C’était lors de la conférence de presse hebdomadaire de la mission onusienne en Rd Congo.
Seront présents à cette rencontre, a-t-il dit, le ministre congolais de la Justice et des droits humains, Bambi Lessa Luzolo, et le Haut- commissaire aux Droits de l’homme, Mme Navy Pillay.   

 Le porte- parole a signalé que cette étude faisait suite à la mission du panel d’experts en Rd Congo, en septembre 2010, au cours de laquelle ils ont rencontré des victimes, des membres des ONG et des autorités congolaises. Le rapport sera disponible sur le site du Haut- commissariat aux droits de l’homme (www.ohchr.org) le 3 mars à partir de 13h.

 On espère que le panel a réussi à bien cerner les besoins des victimes des violences sexuelles en Rd Congo qui sont abandonnées pratiquement à leur propre sort par les autorités congolaises. 
 Dans le même registre, le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) se félicite de l’ouverture du procès, le 28 février 2011, devant la Cour militaire du Sud- Kivu, siégeant en audience foraine à Kalehe, province du Sud- Kivu, de 11 officiers des Forces armées de la Rd Congo pour crimes contre l’humanité par viol, pillage, destruction d’écoles, enlèvements d’enfants et autres atteintes à l’intégrité physique commis à Katasomwa (25 km au sud-ouest de Kalehe centre) du 26 au 29 septembre 2009. 
 Selon le porte-parole de la MONUSCO, parmi les accusés, seuls trois comparaissent devant le tribunal, dont un lieutenant- colonel. Les huit autres accusés, en fuite, seront jugés in absentia.
 Cette audience est organisée avec le soutien financier, logistique et matériel de la MONUSCO, du BCNUDH, de l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI), du PNUD et d’Avocats sans frontières (ASF).
 Enfin, Touré Penangnini a signalé que des patrouilles seront conduites par la Brigade du Sud- Kivu de la MONUSCO devant le cachot du Tribunal de paix où sont détenus les prévenus.
Jean- René Bompolonga

LEAVE A REPLY

*