Gape : « le groupement Bobo est sous représenté dans les institutions »

0
36

Le député national, Gape, élu de la circonscription électorale de Kungu, dans la province de l’Equateur, a communié avec la communauté Bobo résidant dans la ville province de Kinshasa, dans la salle de fête Galilée dans la commune de Lemba, le 4  janvier 2015. La date choisie pour cet événement a coïncidé non seulement avec la célébration des martyrs de l’indépendance mais également avec l’Assemblée générale de l’Association « Bobo Liboke ».

Dans son allocution de circonstance en face de ses frères et sœurs du terroir, le député Gape a déploré la sous représentation des membres de la communauté Bobo dans les institutions publiques.

Cet élu de Kungu a  fait savoir aux siens que leur communauté n’a pas des cadres importants susceptibles de gérer les affaires publiques.

Il a indiqué que  la grande communauté de Bobo n’est représentée au niveau national que par lui-même et au niveau provincial par les trois fils bobo dont : Bakakoye, célestin Monzonzo et Remy Motema.

Au sein de la police, poursuit-il, la tribu Bobo est représentée par un de ses fils, Jean-Bertrand Banzenge ayant le grade de Général de Brigade de la police nationale.

«Effectivement, lorsqu’on observe les poids démographique que représente cet espace et le nombre des personnes assumant des responsabilités, la conclusion à tirer est qu’il y a un déséquilibre profond entre cette communauté et les autres», a déploré le précité avant d’en appeler à l’unité pour relever les différents défis auxquels leur communauté est confrontée.

EWK

 

 

-0-

Rubrique : Actualité

Consultations des listes électorales : le Rodhecic signale la présence des doublons

La consultation des listes provisoires  électorales dans les différents sites de vote a pris fin le samedi 10 janvier 2015. Le Réseau d’Organisation des Droits Humains et d’Education Civique d’Inspiration Chrétienne en RDC « Rodhecic » a,  par la bouche de son secrétaire permanent Paul Kabeya, lu le rapport  dressé par cette plate- forme au terme de cette opération et fait le point sur le processus électoral. Sur les 28 points focaux retenus pour la CENI dans la capitale, le Rodhecic a sillonné les sites de Ndjili, Lemba, Matete, Kisenso, Masina, Ngaliema, Selembao et Mont Ngafula.

 

CS Kuyala, Balonda, Presbytérien de Masina, Elu, EP Sona Pangu, Pululu, Collège Bonsomi, l’Institut Twa, CS Mbungu et plusieurs autres écoles….,sont les sites de vote « surveillés ». Le constat qui se dégage, a fait remarquer  Kabeya, est que les kinois se sont désintéressés de la consultation des listes électorales.  Sur quatre sites « surveillés » de Tshangu par exemple et censés contenir 920 électeurs, 49 seulement ont répondu présents à l’appel. Complétant Kabeya, Bernard Katumba, président de l’Association Chrétienne pour l’Abolition de la Torture « Acat », également présent à cette  activité qui a eu lieu au siège du Rodhecic, a dit que la plupart des électeurs présents sur les sites s’y trouvaient  pour se faire délivrer des duplicata des cartes d’électeurs. La plupart d’entre eux viennent de l’Angola et du Congo Brazza. Ces derniers ont été orientés vers les bureaux de liaison. 2000 cartes remises au bureau de liaison de Ndjili ont été épuisées avant  le 30 décembre 2014. Les superviseurs étaient souvent absents dans les sites de vote. Une centaine des doublons ont été indexés aux sites de Bonsomi ( quartier 4 ), Sona Mpangu (quartier 2), Institut Ndangi, à l’EP Mpese (quartier 4). Ndjili. 155 électeurs sur un total de 16753 enregistrés dans les écoles citées ci-haut sont passés dans ces sites pour voir leurs noms.  Les acteurs sociaux déplorent la tendance de certains OPJ à monnayer les PV des perte des pièces en les vendant à 2000  ou même 45000 francs, mais aussi  la CENI pour avoir fait   un battage médiatique après le démarrage de ladite opération. Tout en recommandant à cette institution  de mieux s’impliquer dans le toilettage du fichier électoral pour résoudre le problème des doublons, les acteurs sociaux lui suggèrent aussi de recourir aux confessions religieuses,  chefs de rues et quartiers, pour mieux sensibiliser les électeurs en matière d’éducation civique et électorale, d’apprêter un grand nombre des duplicata pour satisfaire les  demandeurs

Le Rodhecic qui  observe de plus près le processus électoral et veut capitaliser les deux travaux de « surveillance»,  s’est appesanti cette fois ci  sur la période allant d’août à décembre 2014. Comme couacs, il épingle  le retard pris jusqu’ici par le Parlement,  le gouvernement, la CENI dans l’examen de l’annexe de la loi électorale du dossier de la décentralisation, et du problème de décaissement des fonds en faveur de la CENI

L’institution en charge des élections n’a pas respecté le calendrier électoral, a maintenu pendant longtemps beaucoup de ses agents au statut de « temporaires », lit-on.

Le Rodhecic recommande au Chef de l’Etat de veiller au respect de la Constitution, de s’impliquer de telle sorte  que le processus électoral se déroule de  manière apaisée en RDC.

Les partis politiques sont invités à respecter le code de bonne conduite

Les partenaires ont l’obligation morale de prendre un engagement clair en matière de soutien au processus électoral.

Les chevaliers de la plume ont la  tâche de s’ouvrir à tous les courants de pensée, d’être des médias de paix et la population doit s’approprier le processus électoral

 Jean- Pierre Nkutu