Gabriel Mokia contre-attaque

0
43

La présidente de la chambre foraine du Tribunal de Grande Instance de la Gombe, siégeant le 16 février à la Prison centrale de Makala, a décidé de renvoyer au mardi 2 mars prochain l’audience en appel de l’affaire opposant le ministère public contre les prévenus Gabriel Mokia Mandembo et Yolama, afin de permettre la régularisation de la procédure. 

En effet, au cours de la séance d’hier mardi, le collectif de la défense du célèbre opposant Gabriel Mokia a indiqué ne pas être régulièrement notifié par le tribunal, tandis que celui de Yolama a accepté de comparaître volontairement. Néanmoins, le président du Mouvement des démocrates congolais (MDCO) et membre de l’opposition, Gabriel Mokia, a tenu à exprimer son étonnement face à l’acharnement dont il fait l’objet de la part de ceux qui associent toujours la personne du Chef de l’Etat à ses sorties médiatiques. « Je vous exhorte à visionner autant de fois la cassette et vous constaterez que je m’en prenais à mon contradicteur Yolama qui me traitait de voleur de café, en lui répliquant qu’il était un petit vendeur des médicaments par terre et des kamundele en Tanzanie. Que vient faire le nom du Président de la République là-dedans pour que je sois condamné à 3 ans d’emprisonnement pour offense à sa personne » a-t-il clamé, avant d’accuser ceux qui ont fomenté cette opération afin de rendre le dossier sensible. Enfin, Gabriel Mokia a invité les services de sécurité et la presse présidentielle à ne plus permettre au juge d’impliquer le nom du Chef de l’Etat dans son dossier. 
Pour rappel, Gabriel Mokia a avait été arrêté mercredi 6 janvier après-midi par la police à son bureau, sept mois après avoir recouvré sa liberté
après seulement près de 7 mois qu’il venait de recouvrer sa liberté et ce, après dix mois et quinze jours de prison.

 

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*