G7 : Lutundula obtient le visa de l’ADP/MSDD

0
35

christophe_lutundula_01_364602996L’acte constitutif de la nouvelle plate-forme dissidente de la Majorité Présidentielle dénommée « G7 » sera incessamment signé par ses membres.

C’est dans cette perspective que les militants et cadres des comités de base de l’Alliance des Démocrates pour le Progrès /Mouvement de Solidarité pour la Démocratie et Développement (ADP/MSDD) viennent d’accorder leur quitus, à l’unanimité, à leur président national, Christophe Lutundula, pour parapher ledit  document.

Dans une déclaration rendue publique le samedi 3 octobre 2015 au siège de ce parti, militants et cadres de base ont pris officiellement acte de l’exclusion de leur formation politique de la Majorité Présidentielle. Ils ont, à cette occasion, félicité leur président national de l’initiative qu’il a prise d’engager le parti dans la nouvelle dynamique de changement et confirmé l’implication active de tous dans la réalisation effective des objectifs du G7, notamment en ce qui le concerne le respect absolu de la loi fondamentale de la République et l’organisation des élections libres, transparentes, crédibles et pluralistes.

Les cadres et militants de l’ADP/MSDD ont réitéré l’appel lancé par le comité exécutif du parti aux Congolais de toutes les provinces et de toutes les catégories sociopolitiques, pour qu’ils adhèrent massivement à l’ADP/MSDD.

            Bien avant la lecture de cette déclaration, le président de cette formation politique a communié avec sa base. Dans son speech, Christophe Lutundula a fait, à l’intention de sa base réunie sous un soleil de plomb, dans la concession du siège de son parti, un rapport circonstancié de la situation de l’heure, en particulier au sujet de ses relations avec la Majorité présidentielle et son appartenance au G7, groupe politique qui, selon lui, a eu le courage de porter à la connaissance du Président de la République, de l’opinion tant nationale qu’internationale, les aspirations profondes du peuple congolais à la démocratie, au respect de la Constitution et à une alternance démocratique.

            « Notre courage de dire tout haut ce que des millions de Congolais pensent tout bas, nous a valu l’exclusion de la majorité de manière cavalière », a déclaré Christophe Lutundula, avant de dénoncer l’extorsion et l’intimidation dont il a fait l’objet, avec ses compagnons du G7, après leur fronde.

            Dans un lingala châtié, l’élu de Katakokombe a lancé un appel solennel à la forte mobilisation de ses membres, et à travers eux tous les Congolais, contre le 3ème mandat de l’actuel Chef de l’Etat, conformément à la Constitution du 18 février 2006, qui limite son mandat à 5 ans, une seule fois renouvelable.

Christophe Lutundula a une fois de plus sommé la CENI de publier le calendrier électoral, pour que les élections se tiennent dans les délais, surtout que les élections présidentielles et législatives sont constitutionnelles.

            Compte tenu des contraintes politiques, juridiques, techniques et financières, l’ancien vice-président de l’Assemblée Nationale a demandé à la CENI de sortir un calendrier réaliste, dans le meilleur délai.

ERIC WEMBAKUNGU