Le G7 formel : « L’Accord de Kodjo n’engage que ses signataires

0
336
Leaders G7Immédiatement après la signature de l’Accord sanctionnant la fin du Dialogue politique en RD Congo, la plateforme politique dénommée G7 est montée au créneau, le mardi 18 octobre 2016 en son siège de Gombe/Socimat, pour balayer d’un revers de la main les conclusions du  forum organisé à la Cité de l’Union Africaine. Au nom de ses pairs, Pierre Lumbi Okongo, président en exercice du G7, a déclaré que l’accord issu de ce dialogue est simplement un ‘’acte sous seing privé qui n’engage que la Majorité présidentielle et ses alliés”.
Il a qualifié également les conclusions de ce dialogue de “compromis bâclé” qui est loin d’apporter des solutions fiables à la “crise artificiellement créée par la Majorité présidentielle”.
” Au lieu de régler les problèmes liés aux élections, ce forum a manqué au principe d’inclusivité et a été une occasion de partage du gâteau,” a-t-il soutenu.  Le G7 considère que le renvoi des élections en 2018 est une ” provocation ” à l’endroit du peuple congolais et ne se justifie pas. Car, si le fichier électoral est prêt au 31 juillet 2017, on n’a pas besoin d’organiser les élections 9 mois après.
Dans un communiqué déposé hier à notre rédaction, le G7 félicite la population congolaise d’avoir suivi scrupuleusement le mot d’ordre de « ville morte » décrétée par le Rassemblement, mercredi 19 octobre. Le G7 a lancé un appel aux participants de la réunion de Luanda(Angola) de soutenir la lutte du peuple congolais pour le respect de sa Constitution.                         Tshieke Bukasa
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
1. La journée ville morte décrétée ce 19 octobre 2016 avait un triple objectif:
– Interpeler le Président Kabila sur le respect de la Constitution et la nécessité de trouver un accord crédible avant le 19 décembre 2016, date de la fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel;
-Rejeter totalement l’accord du dialogue de la Cité de l’Union Africaine du 18 octobre dernier;
– Exiger la convocation et l’organisation, sans délai, d’un véritable dialogue inclusif qui mettra ensemble les forces politiques et sociales acquises au changement, d’une part, et la majorité présidentielle recomposée de l’autre;
2. Nous voulons, ce jour, avoir tous en mémoire ces hommes et ces femmes qui ont payé de leurs vies en date des 19 et 20 septembre dernier, alors qu’ils manifestaient pacifiquement pour demander l’organisation de l’élection présidentielle, dans les délais constitutionnels.
3. Cette journée ville morte du 19 octobre survient au lendemain de la signature d’un accord entre la majorité présidentielle et ses alliés, non représentatifs du peuple congolais et en l’absence d’une grande partie de la société civile et de l’opposition politique acquises au changement.
4. Le peuple congolais a répondu massivement à l’appel du Rassemblement, et montré par cela son sens de responsabilité, son amour profond pour la patrie, sa maturité et sa détermination à s’approprier de son avenir.
5. Par cet acte, le peuple congolais a désapprouvé les résolutions issues de ce monologue, qui n’engagent que leurs signataires.
6. Le G7 tient à féliciter sincèrement le peuple congolais pour son engagement et sait compter sur sa mobilisation jusqu’à l’obtention de l’alternance politique.
7. La majorité présidentielle vient de tenir son dialogue, non inclusif, dont les résolutions sont considérées par le G7 comme un acte sous seing privé.
8. Les Forces Politiques et Sociales réunies au sein du Rassemblement a déjà présenté leurs propositions à l’issue de leur récent conclave, et leur feuille de route a été rendue publique.
9. L’heure est donc venue pour les deux camps de se retrouver autour d’une table afin de confronter les deux feuilles de route, dans un esprit constructif pour aboutir à un consensus évitant une catastrophe au pays.
10. L’ouverture prônée par les participants au dialogue de la Cité de l’Union Africaine ne peut pas s’imaginer sur le seul angle d’adhésion aux résolutions de la mouvance politique présidentielle.
11. Pour le G7, cette ouverture est synonyme d’un vrai dialogue inclusif, que le peuple congolais et la communauté internationale attendent. Celui-ci devra se faire dans le strict respect de notre constitution et dans le cadre de la résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
 
Fait à Kinshasa,
le 19/10/2016
 
Pour le G7
Pierre LUMBI OKONGO
Président