Front du Nord-Kivu : attention aux coups fourrés

0
30

Après une accalmie des quelques heures, les combats entre les FARDC et le M23 ont repris hier à 17 kms de la Ville de Goma. Selon le colonel Olivier HAMULI, porte-parole de l’armée gouvernementale, « ces combats se déroulent assez bien et sur plusieurs fronts » avant de préciser que l’objectif des FARDC est d’anéantir le M23. Lambert MENDE, ministre de la Communication et Médias et porte-parole du Gouvernement, 120 rebelles du M123 et dix soldats ont été tués lors de ces affrontements qui se déroulent dans les villages de Kanyaruchina, Mutaho et Kibati situés à quelques kilomètres du chef-lieu de la province du Nord Kivu. Des sources proches des ONG de défense des droits de l’homme indiquent que des milliers des réfugiés fuyaient vers Goma et d’autres vers le Rwanda voisin.

Les éléments des contingents de la brigade d’intervention spéciale de l’ONU déjà déployés dans la ville de Goma sont en « état d’alerte »  et se tiennent prêts à prendre toutes les mesures nécessaires, dont entre autre l’usage de la force dans le but de protéger les populations civiles, a fait savoir M. Martin NESIRKY, porte-parole de l’ONU.

Le Rwanda, pour sa part, par la bouche du général Joseph NZABAMWITA qui est le porte-parole de l’armée nationale de ce pays, accuse la MONUSCO et les FARDC d‘avoir lancé deux obus sur deux villages rwandais. Il s’agit d’un acte de provocation délibéré, a-t-il ajouté. Comme à l’accoutumée, le gouvernement rwandais est revenu sur ses thèses sempiternelles de la présence des éléments des FDLR dans les rangs de forces armées de la RDC. Une accusation que Kigali est seul à défendre car non dénoncée ni soutenue par des envoyés d’aucun organe de presse étrangère ni des activistes d’une ONG internationale des droits de l’homme très actifs dans cette partie du territoire congolais.

 

Gare aux coups fourrés ! 

            A Kinshasa et partout ailleurs sur le territoire national tout comme dans les milieux de la diaspora congolaise à travers le monde, cette nouvelle de la résistance héroïque des éléments des FARDC face aux mercenaires rwandais sous couvert du M23 a ravivé la confiance et la détermination des compatriotes qui espèrent par là décourager ces forces obscures des Etats voisins qui sont encore convaincues que la RDC devra demeurer éternellement un espace de peuplement et d’exploitation des richesses à leur profit.

Mais seulement voilà ! Alors que les populations s’attendent à de bonnes nouvelles provenant du front, il faut craindre des ordres contraires et dont on ignore la provenance qui viendraient démoraliser les hommes des troupes au front en leur demandant de stopper les opérations militaires de ratissage et de reprendre leurs positions initiales. Il en était ainsi à Rumangabo et à Rutshuru l’année dernière lorsque les éléments des FARDC qui, à l’issue d’âpres combats, avaient repris ces deux localités des mains du M23 avant de recevoir brusquement l’ordre de quitter les lieux pour retourner à leurs positions initiales. Qui leur avait donné l’ordre de quitter Rutshuru et Rumangabo ? Dieu Seul le sait et la vérité éclatera un jour car les mercenaires du M23 en avaient profité pour régler des comptes à certaines personnes soupçonnées d’avoir sympathisé avec les FARDC pendant leur passage dans ces deux localités. Des bribes d’informations circulent sous le manteau provenant des éléments des FARDC qui avaient pris part à ces opérations de ratissage de ces deux localités. Ceux qui ont l’habitude de contrarier les efforts fournis pas les éléments des FARDC au front auront à s’expliquer un jour.

F.M. 

LEAVE A REPLY

*