Le Front des Démocrates rappelle à Kabila son serment

0
301

bussa-jlLa déclaration du président Kabila sur le processus électoral par la voie des médias, n’arrête pas de soulever des vagues. Pour le « Front des Démocrates », la sortie médiatique du Président de la République est révélatrice de l’intention à peine voilée de violer l’esprit et la
lettre de la Constitution, autant qu’elle traduit le manque de volonté politique d’organiser les élections dans les délais constitutionnels, en ce qu’il se positionne en acteur principal du « glissement ».

Au cours d’un point de presse animé hier mercredi 10 août au Centre Interdiocésain, après sa rencontre avec le staff de la Cenco, son porte-parole, Jean-Lucien Bussa, a invité le chef de l’Etat au strict respect de son serment constitutionnel et partant, de sa responsabilité personnelle devant la Nation et l’histoire.

Jean-Lucien Bussa a rappelé, conformément à l’article 64 de la Constitution, que toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction imprescriptible. Le président du CEDR estime qu’en déclarant, à partir du pays de Museveni, que le calendrier électoral ne serait publié qu’après l’opération d’enrôlement des électeurs, Joseph Kabila est entré en contradiction avec les initiatives nationales et internationales visant une
alternance politique apaisée en RDC.

Le porte-parole du « Front des Démocrates » rejette toute forme d’unanimisme, s’oppose à la pensée unique et à la bipolarisation de la vie politique congolaise. Il en appelle à la détermination collective de tous les acteurs de la vie nationale à considérer l’urgence quant à
la résorption  des problèmes du Congo par le démarrage effectif et rapide du dialogue.
Somme toute, le « Front des Démocrates » exige le respect inconditionnel de la Constitution, le respect de la volonté du peuple à accéder à la première alternance démocratique selon la Constitution, la mise œuvre de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations
Unies, la libération des prisonniers politiques et d’opinions, etc.

A défaut d’une suite conséquente à ces revendications et cela, endéans 40 jours, le « Front de Démocrates » compte résister avec force, de concert avec l’ensemble de l’opposition, à toute velléité de renversement du régime constitutionnel.
ERIC WEMBA