Un « front commun » des OSC et des mouvements citoyens pour la démocratie

0
124

Plusieurs organisations de la société civile et mouvements citoyens ont procédé, hier mercredi 18 juillet 2018, dans la salle des conférences Boka du Cepas, dans la commune de la Gombme, à la signature de leur ‘’Charte’’, dans le cadre du Collectif d’Actions de
la Société Civile (CASC). Selon ses signataires, cette « Charte » s’articule autour de trois idées-forces : « l’alternance politique » ; « non au 3me mandat de Kabila » ; « lutte pour une démocratie efficiente et le respect des droits de l’homme ».
Gérard Bisambu, Secrétaire général de la plate-forme ‘’Agir pour les
Elections Transparente et Apaisées (AETA) a, dans son intervention,
souligné que la République Démocratique du Congo est dotée d’un
arsenal juridique bien peaufiné depuis quelques années et qu’une
portion d’individus ne doit pas empiéter sur cet arsenal de référence
surtout pas la Constitution.
« Le CASC n’est pas une plate-forme politique mais plutôt d’action
pour amener le pays à récupérer sa souveraineté, à avoir des élections
de qualités, crédibles qui nous amèneront à une alternance politique.
Je dis bien alternance politique parce qu’il s’agit de remplacer le
système en place par un autre système, soucieux des préoccupations de
la population, du développement pour que le pays puisse être
réellement un pays qui va vers l’émergence», a-t-il clamé.
Le représentant de l’ACAJ, Me Roger Dinanga, a brossé succinctement
la situation globale des droits depuis 2015 jusqu’à ce jour. Il a fait
état de nombreuses violations des droits de l’homme liées
principalement au processus électoral. « Nous devons nous engager dans
des actions de mobilisation et de sensibilisation de la population
pour l’amener à exercer des pressions sur les dirigeants et faire
changer les choses », a-t-il dit.
« Désormais la place n’est plus aux mots mais plutôt aux actions » :
telle est l’option levée par les membres du CASC au travers cette
charte. Ceux-ci ont précisé que ces actions devraient être pacifiques
afin de promouvoir la démocratie sur l’ensemble du territoire
national. A l’occasion, la devise qui devra guider les actions du CASC
est : « Justice et respect mutuel ».
Dans son adresse de clôture, Steve Matenga, Président du Conseil
d’Administration du « Mérou Développement » a martelé que « l’acte
posé par les différentes organisations de la société civile ainsi que
les mouvements citoyens, est un signe de leur détermination et
abnégation pour apporter le changement à tous les niveaux. D’autant
plus qu’il y a des inégalités sociales criantes ».
Il a souligné que l’arrogance des élus et de ceux qui sont au pouvoir
fait que le souverain primaire ne sait pas rentrer dans ses droits.
C’est pourquoi, il a invité les signataires à s’imposer comme une
génération déterminée à obtenir le changement.
« Chaque génération doit trouver sa mission, la remplir ou la
détruire. Beaucoup ont tout donné par amour pour notre pays et nous ?,
s’est-il interrogé.
Voici les organisations signataires de la « Charte » : AETA ; ACAJ ;
Mérou Développement ; Lucha ; ECCHA ;  Cocorico/RDC ; Femmes
Solidaires ; Forum Citoyens ; ‘’Il est Temps’’ ; Union des jeunes
Congolais pour le Changement ; etc.
Dorcas NSOMUE