Fraudes électorales : trois millions de bulletins de vote déjà cochés en faveur de Kabila

0
40

Mardi, 22 Novembre 2011 21:42

Un dossier gravissime circulant sur le Net depuis dimanche dernier fait état du transport par avion de Jobourg vers Lubumbashi d’un lot important des bulletins de vote  déjà cochés en faveur du candidat Joseph Kabila, président sortant. Des milliers d’internautes, toutes tendances confondues, ne cessent depuis lors d’intervenir sur des sites d’information électroniques. Ils posent des questions fort gênantes et embarrassantes dont celle de savoir si ces élections prévues pour le lundi 28 novembre seront apaisées, démocratiques, transparentes et crédibles.

Pour l’opinion, le Bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante doit s’expliquer, toutes affaires cessantes. Car à côté du message proprement dit, il y a une vidéo postée sur le site de «Congo Mikili» qui donne une évaluation de la fraude organisée en faveur de Joseph Kabila. Des millions de bulletins de vote sont embarqués sur des avions à Johannesbourg, en Afrique du Sud, pour la province du Katanga en vue de fausser les résultats des élections du 28 novembre prochain. Dans les salons de la Haute Ville, les quartiers périphériques des principales villes et localités de l’ensemble du territoire national, toutes les conversations tournent autour de ces « révélations « gravissimes. La tension est montée de plusieurs crans pour s’interroger si les Congolais vont aux élections pour confirmer la victoire d’un candidat qui a déjà obtenu en dehors des urnes trois millions des voix en sa faveur.

Ce scandale éclate après celle des millions de Congolais détenant la carte d’électeur mais dont les noms ont été omis sur les listes électorales affichées depuis une semaine devant les bureaux de vote qui sont éparpillés à travers toute la République. Il y a ensuite le dossier des bureaux de vote fictifs qui prend une ampleur incroyable à sept jours des scrutins présidentiel et législatifs couplés. A la suite de la révision constitutionnelle fort contestée par le commun des mortels et de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme de renommée internationale, telles que l’International Crisis Group, la Fondation CARTER, la Fondation Internationale des Droits de l’Homme (FDIH), il y a toujours ce dossier du serveur qui ne rassure pas.

Toutes les réclamations destinées à obtenir la vérification des données qu’il contient ont buté sur un refus catégorique de la CENI. Pour l’Opposition,  le serveur fait partie du mécanisme mis en place pour tricher, ce qui explique la violence des réactions non seulement de la CENI mais surtout du gouvernement Kabila dont les troupes ne ratent aucune occasion pour distribuer la mort en tirant à balles réelles sur les manifestants de l’UDPS qui défilent chaque jeudi devant le siège de la Commission électorale pour dénoncer l’opacité du processus électoral.

La fraude planifiée par le camp du président sortant avec l’appui actif de la Ceni représente un  risque majeur pour l’avenir de la République. Les Congolais qui ont tant souffert en quatorze ans de kabilisme aspirent aujourd’hui à l’alternance politique. Les priver de cette liberté de choix en organisant la fraude peut plonger le pays dans le chaos. Dans ce pays qui  a déjà connu une grave crise de légitimité de 1990 à 1997, est-il raisonnable de tenter encore une fois le diable parce qu’on veut s’accrocher au pouvoir ? Pour nous, la réponse est indubitablement non. En attendant la réaction des partenaires extérieurs et celle des partis politiques de l’Opposition,il y a lieu de dire que l’avenir est sombre car ces questions qui fâchent  vont sans nul doute alourdir le climat sociopolitique déjà vicié par des actes de violences qui ont émaillé la période pré-électorale et électorale.

Vivement la réaction de Ngoyi Mulunda pour calmer les esprits

Il est donc urgent que le Bureau de la CENI sorte de son silence en apportant des éclaircissements requis pour calmer les ardeurs des uns et des autres en apaisant l’atmosphère ambiante. Et apaiser, dans le cas sous examen, consiste à dire toute la vérité, et rien que la vérité, sur ces trois millions de bulletins de vote déjà cochés en faveur du candidat n°3 Joseph Kabila et qui ont été effectivement embarqués à Johannesbourg pour être débarqués à Lubumbashi. Pour cela, le Bureau de la CENI ne devrait pas se contenter des réponses évasives comme il l’a toujours fait pour les revendications de l’UDPS au sujet du fameux serveur. Car il suffit d’une petite étincelle pour que la maison RD Congo flambe.

Castro F.M. & Ben Muboyayi Mulombo (Stg)

LEAVE A REPLY

*