François Muamba rejoint Tshisekedi

0
617

Francois_Maumba_Mwamba_Kinshasa_Congo_MLCLa salle Africana Palace sur l’avenue des Huileries à Lingwala a réservé un standing ovation à François Muamba Tshishimbi, président de l’Alliance pour le Développement et la République (ADR), hier lundi 25 juillet 2016, à l’occasion d’une communication politique à l’endroit des militants du parti. A la tribune d’honneur, des invités de marque comme Bruno Tshibala, secrétaire général adjoint de l’UDPS ; Lisanga Bonganga et Laurent Batumona de la Coalition des alliés d’Etienne Tshisekedi ; etc. Occasion pour François Muamba d’annoncer publiquement l’adhésion de son parti, l’ADR, au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, né à Genval en Belgique.

Comme conséquence de cette adhésion, a-t-il indiqué, l’ADR sera mobilisé le 27 juillet 2016 pour réserver à Etienne Tshisekedi wa Mulumba et aux autres camarades du Rassemblement qui l’accompagnent, un accueil « massif et chaleureux ». Promettant de prendre part tout aussi massivement au meeting du Rassemblement fixé au 31 juillet 2016, François Muamba a révélé que son parti se tient prêt à apporter sa contribution aux idées, aux autres actions autant qu’au rayonnement des structures du Rassemblement.

Le Pacte républicain menacé

 Pour justifier cette importante décision, l’ancien coordonnateur du Mécanisme national du suivi des accords d’Addis-Abeba a rappelé à l’assistance qu’un « Pacte républicain » a été signé à Sun City (Afrique du Sud) par les protagonistes de la longue crise congolaise pour faire taire les armes. Afin de rétablir la RDC dans son unité et de refaire une paix pérenne, sans qu’aucun des protagonistes armés n’ait perdu, et encore moins, gagné la guerre, il a souligné qu’il fallait convenir d’une règle de gestion de l’ambition de tout Congolais, qu’il soit belligérant ou pas, de diriger le pays « tout en assurant à celui-ci une stabilité à long terme ». « Cette règle, coulée dans l’article 220 de notre Constitution, dispose en effet que, la fonction de Président de la République Démocratique du Congo s’exerce au minimum durant 5 ans et, au maximum, pendant 10 ans. (…) Cette règle a été rendue intangible par notre peuple, qui s’était exprimé à cette occasion par referendum… » a-t-il martelé.

            A l’en croire, le principal bénéficiaire de ce Pacte républicain, l’actuel Chef de l’Etat, Joseph Kabila, désigné jadis par tous comme Président de la Transition, allait être reconnu par la postérité comme le Père d’une RDC moderne grâce à une alternance au sommet de l’Etat.

            Cependant, regrette-t-il, il semble que le pays connait une crise politique qui serait à ce point cruciale, alors que la solution est toute trouvée : il suffit d’appliquer le contenu dudit Pacte ! « Après ça, les Congolais passent à autre chose, de même que la vie de la nation continue » a-t-il appuyé.

             Convaincu que le temps n’est plus l’allié de la classe politique congolaise, même pour appliquer la recette de Sun City, François Muamba a dévoilé que la meilleure reponse se trouve dans la feuille de route élaborée il y a plus de deux ans par Etienne tshisekedi wa Mulumba.

            « A ce sujet, alors que je me trouvais à la tête de l’exécutif du Mécanisme National de Suivi, considérant l’urgence de la mise en œuvre de l’engagement national numéro 6, souscrit par la RDC aux titres de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, j’avais pris, en août 2014, l’initiative de promouvoir une réconciliation nationale qui serait compatible avec le Pacte Républicain. A mes yeux, il s’agissait d’actionner cette disposition comme un outil prévisionnel de recherche d’apaisement, au regard de ce qui risquerait de se passer en 2016, si les choses restaient en l’état. A cette occasion, j’avais eu l’avantage de rencontrer notamment le président de l’UDPS Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, en septembre 2014, pour lui faire part de ma démarche. Et, c’est à partir de ce contact et de la suite que des émissaires du pouvoir ont rencontré, à deux reprises en Italie et en Espagne, une délégation de l’UDPS durant l’année 2015. Au terme de cette série de rencontres, les deux parties ne sont pas accordées quant  au sort à réserver au Pacte Républicain.», a-t-il conclu.

Tshieke Bukasa