Le FPI vulgarise sa nouvelle feuille de route dans le Congo profond

0
65
FPI-1Après les Etats des lieux du FPI tenus  à Kinshasa du 27 au 29 décembre derniers, l’heure est à la vulgarisation de la feuille  de route issue desdits  travaux. Le  Directeur général adjoint du  Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI), Boniface Kasembe, a été  chargé d’effectuer une descente sur le terrain du 29 au 11 février  2017, dans l’ex-Province du Katanga, principalement à Kalemie, Kamina,  Kolwezi et Kasumbalesa. « Cette mission  a constitué la première étape  de ce vaste programme de supervision et de sensibilisation, mais aussi  de palper les vrais problèmes de l’entreprise tels que listés lors de  ces assisses, surtout en raison de son importance en terme de  transactions et contributions dans les recettes totales mobilisées par  le FPI », s’est justifié Boniface Kasembe à son retour à Kinshasa, hier  jeudi 16 février 2017.
Sa descente a coïncidé avec la présence, à Lubumbashi, de Marcel  Ilunga Lehu, ministre de l’Industrie, en mission  d’organisation et de  relancer de l’industrie locale, en vue de favoriser la création de nouvelles  industries.
            En vue d’élargir l’impact des offres de crédits ou des subventions pour  mieux accompagner les operateurs économiques, le FPI a choisi de  mettre en contribution les gouverneurs des provinces  pour identifier  les vrais projets d’investissements. «  Nous avons emprunté une approche pédagogique pour sensibiliser les opérateurs économiques  membres de la FEC. On leur a expliqué la mission et les défis que  rencontre l’établissement actuellement. Mais le FPI reste la cheville  ouvrière du plan national d’industrialisation du pays. On est engagé à  jouer pleinement notre rôle pour un nouvel élan dans la promotion de l’industrie », a-t-il indiqué.
             Prêchant la vision du comité de gestion pour l’année 2017,  Boniface Kasembe a annoncé que c’est une année du recouvrement, de la maîtrise  des charges, qui ne peut être possible que par l’engagement de tous les agents et cadres du FPI. « Dans cet ordre d’idées, il apparait que  certaines actions et décisions doivent être exécutées immédiatement, notamment l’amélioration de la gouvernance des fonds, la mobilisation  accrue de la taxe de promotion de l’Industrie, le recouvrement des  créances, l’évaluation optimale des projets, la couverture des risques et la parfaite maitrise de charges ». Des orientations précises ont été données  en vue de matérialiser la nouvelle  vision managériale du FPI qui est la recherche de  l’émergence d’une classe d’entrepreneurs nationaux et la sauvegarde des  industries congolaises en péril.
            Pour rappel, les états des lieux du FPI organisés à Kinshasa ont révélé un diagnostic catastrophique. Parmi ces difficultés, il faut  noter le faible taux de recouvrement de la taxe de promotion de  l’industrie, des prêts consentis aux promoteurs non remboursés et les difficultés de  réaliser les garanties constituées en couverture desdits prêts. Bref  un déséquilibre persistant au niveau du compte d’exploitation, une  adéquation entre les ressources de financement et les besoins exprimés  aux guichets de l’entreprise.
 Tshieke Bukasa