FPI en 2013 : Constantin Mbengele loue la collaboration entre son comité et la délégation syndicale

0
163

FPI-1Après le restaurant La Fleur de sel en 2013, Roméo Golf a servi de cadre vendredi 31 janvier 2014, à la traditionnelle cérémonie d’échange de vœux entre l’équipe dirigeante et le personnel du  Fonds de promotion de l’industrie (FPI).

            Dans son mot d’introduction, la présidente de la délégation syndicale du FPI, Mme Vita, a, au nom de l’ensemble du personnel, remercié le comité de gestion pour  toutes les réalisations de l’année 2013. Entre autres : l’inauguration du nouveau siège de la direction provinciale du Nord et Sud-Kivu ; l’acquisition d’un terrain (site Tamuk) pour les logements des agents et cadres ; l’amélioration de la rémunération du personnel ; le recrutement des orphelins et orphelines des agents retraités ou décédés…

            Pour l’année 2014 qui vient d’ouvrir ses portes, Mme Vita a émis le vœu de voir le FPI acquérir pour son personnel deux grands bus de 50 places pour les différentes manifestations ; rabaisser de plus bel l’impôt ; réhabiliter le Guest house situé dans la concession SIMKA, dans la commune de la Gombe ; poursuivre l’octroi de la prime de réinsertion pour les retraités et l’engagement des enfants des agents de retraités ou décédés ; améliorer la prime de fin de carrière.

IT/ Délégation syndicale pas une opposition politique !

            Dans son allocution sous forme de causerie morale, l’Adg du FPI, Constantin Mbengele Kwete, a commencé par louer l’excellence des relations entre les membres de son comité de gestion, entre son comité de gestion et le conseil d’administration présidé par le patriarche Gaston Kisanga Kabongelo, et, enfin, entre son comité de gestion et la délégation syndicale.

Pour l’Adg du FPI, une délégation syndicale n’est nullement une opposition politique, mais bien au contraire, un partenariat devant éclairer, avertir, prévenir les dirigeants sur des questions qui leur échappent, en vue de trouver des solutions, de réajuster le tir. Pour le cas de son entreprises, Constantin Mbengele s’est ainsi félicité du climat social qui y prévalu tout au long de l’année dernière. Sans aucun nuage. Et ce, non seulement pour l’année dernière, mais depuis qu’il est à la tête de cette institution financière publique. La clé de cette réussite, a-t-il fait observer, réside dans l’ouverture et le dialogue permanent avec les représentants des travailleurs.

Quelques résultats positifs et prospective 2014

            Pour Constantin Mbengele Kwete, le processus d’informatisation commence déjà à porter des fruits, en termes de transparence et de  fiabilité des données de gestion. Le témoignage de certains partenaires comme la Banque Centrale du Congo est assez éloquent.

            Quant à la gestion du portefeuille, l’Adg Mbengele a relevé que 2013 a été une année charnière. Sur instruction du gouvernement, le FPI a revu à la baisse son taux d’intérêt. Question d’alléger les conditions de remboursement des opérateurs économiques débiteurs qui, dorénavant, n’ont plus d’alibi pour s’acquitter de leur devoir.

            D’autre part, la formation du personnel tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays continue son bonhomme de chemin. Pour cette année, l’accent sera mis beaucoup plus sur la technique. De même, le rajeunissement du personnel est une réalité. Question de préparer la relève, car beaucoup des cadres, des administrateurs et des directeurs ont déjà dépassé la cinquantaine.

            Abordant le chapitre de patrimoine de l’entreprise, l’Adg s’est réjoui de voir celui-ci s’enrichir chaque année. En 2013, le FPI a acquis  quatre nouveaux immeubles. Un immeuble à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, qui abrite la direction provinciale de cette institution publique du Nord et Sud-Kivu ; deux à Bangala dont l’inauguration est prévue en mai prochain, ainsi qu’un immeuble à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental.

            Par ailleurs, l’Adg du FPI a placé l’année 2014 sous le signe de la mobilisation des recettes.  Rappelant aux uns et aux autres la mission fondamentale du FPI,à savoir être le catalyseur du développement industriel, Constantin Mbengele Kwete a exhorté ses agents et cadres à redoubler d’effort pour la mobilisation des recettes. « On ne peut pas développer un pays, a-t-il dit en substance, en se basant sur des ressources extérieures. On ne peut, non plus, développer une industrie locale en croisant les bras, attendant que les mânes tombent du ciel. Nous devons nous prendre en charge, compter sur nos propres forces ».

Michel  LUKA

LEAVE A REPLY

*