FPI : cadres et agents engagés contre la corruption

0
94

Sur fond d’un séminaire sur l’éthique professionnel, les agents et cadres du Fonds de promotion de l’industrie(FPI) ont souscrit à la campagne de réarmement moral pour l’émergence de leur entreprise.

Durant deux jours de travaux, soit de vendredi 03 à samedi 04 mars 2017 en la salle Anuarite de Caritas Congo dans la commune de la Gombe, les séminaristes ont bénéficié des enseignements susceptibles de produire un véritable éveil de conscience chez chacun d’eux dans son comportement, en faisant la distinction nette entre la morale, l’éthique et la déontologie. «Le but poursuivi est de voir tout le personnel de notre entreprise se conformer aux principes et vertus qui caractérisent un digne agent ou cadre d’une entreprise publique, à
savoir l’impartialité, la modération, l’incorruptibilité, la dignité, l’humilité, la hauteur d’esprit, le respect des lois et des règlements», a précisé le Directeur général du FPI, Patrice Kitebi.

En effet, ce séminaire fait suite à une des recommandations contenues dans la feuille de route issue de l’atelier relatif aux états des lieux du FPI organisé du 27 au 29 décembre 2016 à Kinshasa. Les participants, agents et cadres du FPI/Kinshasa, ont été sensibilisés
sur le code de conduite de l’ agent d’une entreprise publique ou de l’Etat, en distinguant de manière claire la morale, l’éthique et la déontologie.

Occasion pour le DG Patrice Kitebi de souligner le but de ce séminaire : voir tout le personnel du FPI se conformer aux principes et vertus qui caractérisent un digne agent ou cadre d’une entreprise publique, à savoir l’impartialité, la modération, l’incorruptibilité, la dignité, l’humilité, la hauteur d’esprit, le respect des lois et des règlements.

Ainsi, la vertu a aussi été l’un des concepts clés débattu au cours de ce séminaire qui a connu l’accompagnement de l’OCEP (l’Observatoire du Code d’Ethique Professionnel)  dans cet exercice de changement de mentalité et de comportement. Tout en promettant des sanctions à l’endroit des agents et cadres qui vont afficher un comportement contraire à la matière apprise lors de ce séminaire, Patrice Kitebi a décrié entre autres le trafic d’influence, le chantage avec le trafic des documents produits à l’interne.

A ceux qui se sont payé le luxe de pronostiquer l’échec de nouveauxdirigeants du FPI, Patrice Kitebi a évoqué plusieurs réalisations signées par son comité, deux mois après l’atelier sur les états des lieux du FPI. Parmi lesquelles l’instauration des réunions du comité de direction en vue d’une gestion transparente et participative; le démarrage des missions de sensibilisation des partenaires, en l’occurrence, les opérateurs économiques, les prestataires de service, les banquiers, les avocats conseils et autres en vue de redorer l’image de l’entreprise et d’améliorer la collecte des recettes; la révision de certains contrats de prestation de service et le recours systématique aux procédures légales de passation des marchés en vue de maîtriser les charges de l’entreprise; la responsabilisation des
entités provinciales quant à l’accomplissement de leur mission.

Enfin, conclut-il, toutes ces initiatives ne pourront produire les
vrais résultats attendus si l’homme qui est au centre de toute cette
action n’est pas né de nouveau. « C’est à cet effet que ce séminaire
sur l’éthique venait d’être organisé à Kinshasa, et va se poursuivre
dans toutes les autres provinces du pays, afin de mettre les agents et
cadres du FPI au même diapason » a-t-il promis.

Tshieke Bukasa