Forum sur la paix au Grand Kasaï : les conférenciers appellent à l’application immédiate des résolutions de Kananga

0
156

Plusieurs résolutions ont été adoptées à l’issue du forum sur la paix, la Réconciliation et le développement de l’espace Kasaïen, qui s’est clôturé le jeudi 21 septembre à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï central. Cette conférence, qui a réuni environ 700 participants, se voulait un cadre de concertation pour mettre définitivement fin aux
atrocités vécues par cette province pendant neuf mois, en dégageant des pistes et solutions pour la relance de tous les secteurs de ce coin du pays, victimes du phénomène « Kamuina Nsapu ». Sur le plan économique par exemple, il a été relevé à l’occasion de plusieurs interventions des opérateurs économiques que suite à la pauvreté dont
l’incidence touche près de 85,8% de sa population, malgré ses innombrables potentialités, le grand Kasaï  a un accès difficile aux services sociaux de base ( électricité, eau potable, éducation, soins
de santé). Les infrastructures qui sont en état de délabrement avancé
(routes, ports, aérodromes, etc.). En plus, ladite province sinistrée
n’a jamais bénéficié des différents programmes du Président de la
République que ce soit celui des 5 chantiers ou de la révolution de la
modernité. Bref, après le passage de la milice Kamuina Nsapu, la
population active œuvre à 94, 7% dans l’informel.

Ainsi, la commission réservée au développement durable a proposé la
mise en place d’un plan d’urgence pour la relance économique de
l’espace Kasaï. Il faut qu’il y ait en premier lieu la consolidation
de la paix et la sécurité, sans lesquelles aucune activité économique
durable ne peut se déployer. Les membres de la commission ont
recommandé au gouvernement d’accorder la priorité à l’agriculture,
l’élevage et la pêche pour couvrir les besoins alimentaires de la
population, la réhabilitation des infrastructures, la disponibilité de
l’énergie électrique car le manque criant de l’électricité pousse les
opérateurs économiques à s’équiper des générateurs, augmentant ainsi
leurs charges d’exploitation de 10 à 15%, avec des répercussions
négatives sur les prix de leurs produits. Aussi, la reprise effective
des travaux de construction de la centrale hydro-électrique de Katende
et de Tshiala, est vivement souhaitée.

Les chefs coutumiers s’engagent à  abandonner la hache de guerre

Les chefs coutumiers des cinq provinces de l’espace Kasaï ont juré de
se concerter sur toutes les questions susceptibles de les mettre en
conflit. Se concerter à chaque fois, sur toutes les questions
susceptibles de créer des conflits, c’est l’engagement solennel pris
par les chefs coutumiers de l’espace Grand Kasaï à la clôture du Forum
sur la paix, la réconciliation et le développement de cet espace, le
jeudi 21 septembre à Kananga. Et à l’occasion, ils ont proclamé la
réhabilitation du « Tshiota » dans son statut traditionnel de culture
de la paix et de convivialité au sein de la famille, du clan et de la
communauté.
Devant toute la nation, les autorités traditionnelles ont ainsi
déclaré avoir enterré définitivement la hache de guerre. « Et
quiconque tente de la déterrer de subir le sort réservé aux traitres
», ont-ils déclaré. Dans les recommandations, les chefs coutumiers
appellent au renforcement de l’autorité de l’Etat pour
l’accomplissement efficace de ses obligations régaliennes sur
l’ensemble de l’espace Kasaï ; à la poursuite et au jugement des
criminels afin de décourager tout recours à la vengeance privée. Tous
ceux qui tenteraient de mettre à mal la paix, la cohésion et les
projets de développement dans l’espace Kasaï sont ainsi mis en garde.
Il sera mis en place un observatoire de prévention des conflits et le
renforcement des commissions consultatives de règlements des conflits
coutumiers. Un autre appel dans le cadre de la restauration de la
paix, porte sur la récupération des armes entre les mains des
populations civiles.
S’agissant de la réconciliation proprement dite, les chefs coutumiers
ont signé un pacte solennel de non-agression pour sceller la paix et
la réconciliation dans l’espace Kasaï. Ils préconisent, entre-temps,
l’organisation des barza pour la gestion des conflits communautaires
et intercommunautaires en vue de la promotion et de la tolérance
politique ainsi que l’organisation des manifestations culturelles pour
renforcer la cohésion sociale, la connaissance des us et coutumes et
la lutte contre l’intégrisme identitaire.

Bruno Tshibala appelle les Kasaiens à capitaliser les acquis de cette conférence

Prenant la parole pour clôturer ledit forum, le Premier ministre,
Bruno Tshibala a, au nom du gouvernement, remercié tous les
participants pour leur assiduité lors des travaux et la pertinence des
recommandations. Il a appelé les Kasaiens à la réconciliation et à
capitaliser les acquis de cette conférence pour la pacification totale
du grand Kasaï. «Ce forum a ciblé les personnes qui sont les
représentants des communautés qui sont en conflit, notamment  les
chefs coutumiers, les leaders communautaires des milieux ruraux qui
ont été fortement éprouvés et qui ont trouvé dans ce cadre l’occasion
d’exprimer leurs véritables problèmes. J’exprime le vœu de voir les
résolutions de ces assises se réaliser le plus vite possible », a-t-il
indiqué.
Par ailleurs, Le Premier Ministre a appelé la population de Kananga à
accueillir l’opération de révision du fichier électoral qui va débuter
d’ici peu et à s’enrôler massivement pour aller le plus vite possible
aux élections qui  pointent à l’horizon.
Pour rappel, les participants au forum ont travaillé dans cinq
ateliers thématiques, à savoir conflits du pouvoir coutumier, conflits
fonciers, décentralisation et développement socioéconomique durable
dans l’espace kasaïen, schéma pour la paix et la réconciliation
intercommunautaire, prise en charge humanitaire et psycho-sociale.

Perside Diawaku (de retour de Kananga)