Football : RDC-Sénégal (2-4) : impréparation, manque de talents, incompétence

0
48

La légion étrangère de l’équipe nationale de football A de la RDC, les « Léopards », rate sa correspondance pour Kinshasa, à partir de Bruxelles, le lundi 30 août 2010. Composée de Dieumerci Mbokani (Monaco/France), Sami Joël (Nancy/France), Assani Mulongoty (Fortuna Düsseldorf/Allemagne), Hérita Ilunga (West Ham/Angleterre), Cédric Mongongu (Monaco/France, Cédric Makiadi (SC Fribourg/Allemagne), Matumona Zola (Mons/Belgique), Albert Milambo (Le Havre/France) et du gardien Nicaise Kudimbana (Anderlecht/Belgique), elle débarque mercredi matin à Kinshasa où se trouvent déjà, depuis dimanche, Blaise Lelo (Benghazi/Libye) et Emmanuel Mazowa (IstanbulBB/Turquie). A cause de cette arrivée tardive, le match de réglage prévu le même jour au stade de la Kenya, à Lubumbashi, contre l’équipe nationale du Niger, en route pour Johannesbourg, est annulé et remplacé par celui qui l’oppose au club congolais du TP Mazembe, vainqueur par 0-1. Entre-temps, une séance de décrassage est programmée dans la soirée au stade des Martyrs où elle se mêle aux locaux Isama Penko (Motema Pembe/Kinshasa) et gardien Matampi Ley Vumi (Motema Pembe) ainsi  qu’à Bokungu Ndjoli (Angola) et Eric Niemba (Léopard Dolisie/Congo). 

            Jeudi, dans la capitale du cuivre, le contingent local du TP Mazembe avec le portier Robert Kidiaba, Eric Nkulukuta, Jean Kasusula, Joël Kimwaki, Pamphile Mihayo, Bedi Mbenza, Patou Kabangu, Alain Kaluyitukadioko, s’insère dans le groupe que rejoindra, le lendemain, en provenance de l’Arabie Saoudite, Yves Diba Ilunga (Najran).

            Incident en fin d’après-midi au stade de la Kenya où la foule s’en prend au président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), Constant Omari, pour la déculottée prise, le week-end écoulé, au même endroit, par les « Léopardeaux » face aux « Aiglons » du Mali, gagnants par 1-4, en rencontre aller des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans.

            Dimanche est pratiquement la répétition de ce désastre lorsque les sélectionnés congolais de l’équipe A affrontent les « Lions de la Teranga » du Sénégal, pour le compte de la 1ère journée du groupe 5 des éliminatoires de la 28ème Coupe d’Afrique des Nations. La veille à Port-Louis, baigné par l’Océan Indien, dans le même groupe, les « Lions Indomptables » du Cameroun avaient dominé les Mauriciens, chez eux, sur la marque de 3-1.

            Pour préserver l’esprit du corps de l’ensemble, l’ossature repose sur le TP Mazembe avec Kidiaba dans les perches, Nkulukuta latéral droit, Mihayo récupérateur, Bedi relanceur et Kaluyitukadioko pour les courses sur le flanc gauche. Cédric Makiadi est préféré  au puissant Patou Kabangu sur l’aile droite alors que psychologiquement et techniquement celui-ci lui est supérieur surtout qu’il est, de surcroît, dans son environnement naturel de Lubumbashi et en forme.

            Les « Léopards » qui évoluent à domicile adoptent le 5-3-2 avec Mihayo quasiment en troisième stopper, tandis que Bedi patrouille également près de son rectangle. Matumona est obligé de se démener seul dans l’entrejeu ou même de s’éparpiller pour apporter une supériorité numérique devenue problématique à cause de l’éloignement des lignes.  Mbokani est isolé en pointe au moment où Kaluyitukadioko se colle à sa ligne de touche sans parler de Makiadi inexistant.

            Devant ce repli instinctif, les « Lions de la Teranga » qui étaient sur le 4-4-2 empruntent un visage plus offensif avec la montée, dans son couloir, du latéral gauche pour renforcer le milieu comme quatrième élément de telle sorte que le canevas est désormais le 3-4-3.

            Le capitaine Ilunga est semé par Issiar Ndia sur la droite qui élimine ensuite Sami Joël avant de centrer à mi-hauteur. Moussa Sow (6ème) anticipe et coupe la trajectoire de la balle devant un Kidiaba pantois : 0-1. La paire centrale Sami-Mongongu rêve sur un coup franc que percute de la tête Mamadou Niang (12ème). Kiadiaba brasse l’air. La balle aboutit de nouveau dans ses filets : 0-2. Et pourtant, Sami Joël et Cédric ont été, à plusieurs postes à la fois, de la campagne de la 27ème CAN, en 2007-2008, contre les « Pharaons » d’Egypte (1-2 au Caire, 0-1 à Kinshasa), les « Requins » de Djibouti (6-0 à Djibouti, 5-1 à Kinshasa) et « The Flames » du Malawi (1-0 à Kinshasa, 1-2 à Blantyre).Avec des contrôles approximatifs et des positionnements à rebours, leur complémentarité est une véritable quadrature du cercle. Sans parler de Hérita Ilunga qui se cache dès que son gardien est en possession de la balle. Ils sont, tous, de la génération exagérément vantée de Marbela/Espagne avec les Mulumbu, Oualembo, Makiadi, Kosisaka, Yenga, Mabiala Ngoy Grandi, les gardiens Mandanda et Kudimbana, etc.

            La vérité est que la RDC n’a modestement pas de joueurs de grand talent résidant à l’étranger. Si l’on ajoute le manque de pédagogie et, plus loin, de compétence, des staffs techniques et administratifs dans la maîtrise et la transmission des connaissances, le naufrage est difficile à éviter. C’est ainsi que Patou Kabangu (23ème) va finalement monter à la place de Makiadi alors que les Sénégalais viennent de corser l’addition sur un coup franc rabattu d’abord par Niang sur Sow, seul, qui fusille Kidiaba dont le pied renvoie la balle sur… Niang (21ème) pour un heading plongeant : 0-3. Dans la tribune centrale, le numéro un de la FECOFA est presque agressé par un public sur les nerfs.

            La réduction du score intervient sur une percée de Mbokani que repousse malencontreusement un arrière sénégalais dans les pieds de Kabangu (44ème) : 1-3. Mais, après les citrons, les visiteurs, qui n’ont pas à forcer leur métier devant des adversaires attentistes, conservent outrancièrement le ballon avec de petites touches. Servi en profondeur, Niang évite Ilunga, revenu, et Kiadiaba n’a comme ressource que de le renverser dans le rectangle. Le penalty est converti imparablement par la victime (56ème) : 1-4. A force de lutter, Kabangu (70ème) bénéficie d’une bourde du gardien sénégalais Ndiaye, qui capte imparfaitement son tir, pour inscrire son deuxième but : 2-4. De quoi regretter la rage de Yves Diba, entré à la 67ème en remplacement… du stopper Sami Joël, qui aurait peut-être pu amener à un autre résultat s’il avait été associé un peu plus tôt à Patou Kabangu. Dommage !

SIKI NTETANI MBEMBA

 

 

LEAVE A REPLY

*