Fonction Publique : les secrétaires généraux retraités réclament la liquidation totale de leurs allocations

0
35

 Depuis sept ans déjà, les Secrétaires généraux retraités de l’Administration Publique triment pour rentrer dans leurs droits. Il s’agit des Secrétaires généraux de 2003, 2009 et 2010. Concernant ceux de 2003, des montants importants avaient été débloqués par le Chef de l’Etat pour le payement des allocations de fin carrière pour une sortie honorable de ceux qui ont servi le pays avec abnégation, dévouement et loyauté. Par contre, cet argent avait pris une destination inconnue, sinon détournée.

            Conséquence, l’on déplore aujourd’hui plusieurs cas de décès des Secrétaires généraux retraités dus à l’impayement de leurs droits. Selon le chiffre avancé, l’on estime à 80 le nombre de Secrétaires généraux décédés, laissant veuves et orphelins dans la précarité la plus totale. Mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître, les auteurs de ce détournement n’ont jamais été inquiétés. Au nom de la « Tolérance Zéro », ces criminels ne devraient pas rester impunis.

            Au sujet du payement des allocations de fin de carrière des Secrétaires généraux retraités qui a eu lieu le mercredi 7 septembre 2010 à la Clinique Kinoise, sous la supervision du Ministère de la Fonction Publique, l’opinion doit retenir qu’ils n’ont pas perçu la totalité de leurs indemnités de sortie. 

Sur le montant leur alloué de 500.000 FCchacun, la Fonction Publique a prélevé d’office l’équivalent de 50 $ sans aucune justification. En outre, au lieu que le payement se fasse en une ou deux tranches, il a été échelonné sur une période de 19 à 20 mois. Ce qui ne permet pas aux bénéficiaires de s’organiser et encore moins de se frotter les mains. Loin s’en faut.

            Par ailleurs, il n’y a rien qui garantit que la liquidation des allocations de fin de carrière en faveur des Secrétaires généraux à la retraite sera respectée dans les jours à venir. Surtout quand on sait que toutes les ressources seront consacrées au financement des élections de 2011, dont le calendrier vient d’être publié par la CEI. Ainsi, à la lumière de ce qui précède, il y a lieu de dire que rien n’est définitivement acquis et que les intéressés ne sont as encore sortis de l’auberge.

            C’est pourquoi le gouvernement devrait  liquider leurs indemnités de sortie dans les brefs délais, tel que prévu par le Statut de la Fonction Publique. Afin de mettre fin à la précarité de leur situation à laquelle nombreux n’ont pas survécu à cause de l’impayement. Il s’agit également de mettre un terme aux différents prélèvements effectués mensuellement par le Comité de suivi et par la Commission ad hoc de la Fonction Publique sans motif valable.

            Ainsi, les Secrétaires généraux ont tenu à apporter un démenti formel aux allégations selon lesquelles le gouvernement aurait versé la totalité des leurs allocations de fin de carrière pour toutes les catégories confondues. Ils réclament de ce fait que ce litige soit réglé le plus vite possible, de préférence par voie bancaire. Ils demandent aussi que les montants qui leur sont retenus indûment soient restitués. 

  1. Mondenga (Correspondant particulier)

 

LEAVE A REPLY

*