Finances : Yav Mulang au cœur des réalités internes

0
92
henri_yav_mulang_ministre_des_financesReconduit à la tête du portefeuille des Finances en décembre 2016, dans l’équipe du Premier ministre Samy Badibanga, Henri Yav Mulang a créé une petite surprise, le mardi 31 janvier 2017, en se présentant dans plusieurs services centraux de son ministère. Cette visite d’inspection interne, effectuée en compagnie de son vice-ministre Dr Tharcisse Loseke, l’a conduit respectivement au Secrétariat général, à la Direction d’Etudes et Planification, à la Direction du Trésor et Ordonnancement ainsi qu’à la Direction Informatique.
 
Le souci du numéro un des Finances était de s’imprégner des conditions de travail des cadres et agents d’un ministère dont la mission principale consiste en la maximisation des recettes publiques en ces temps de basse conjoncture économique où chaque sou compte pour l’Etat congolais. Il serait illusoire d’exiger des résultats à ces fonctionnaires sans connaître les réalités internes de leurs différents services.
Cette ronde a permis au ministère des Finances de prendre acte d’un problème commun à son administration centrale, à savoir le manque et l’exigüité des locaux. Au Secrétariat général par exemple, le patron de l’administration des Finances, Christophe Bitasimwa, tout en réaffirmant son soutien aux réformes amorcées par la tutelle l’année dernier, s’est plaint, en sus de l’insuffisance des bureaux, du manque des moyens de mobilité.
          A la Direction d’Etudes et Planification, la directrice Yvette Shabani, tout en soulevant le problème des locaux, a vivement recommandé la relance du bulletin de liaison interne, afin de permettre au ministère des Finances de communiquer régulièrement au personnel et au public la situation réelle des finances publiques congolaises.
          On croit savoir qu’Henri Yav Mulang a pris la pleine mesure des problèmes de nature à handicaper la mobilisation des recettes publiques et qu’il va faire son possible pour les présenter à qui de droit en vue d’y trouver, de manière progressive, des réponses appropriées. Ce tour du propriétaire l’a au moins convaincu d’une autre réalité : l’existence d’une expertise interne capable de répondre aux attentes du gouvernement. De leur côté, les cadres et agents du ministère des Finances sont restés avec le sentiment que la tutelle est fort soucieuse de l’état de leur cadre de travail et que la volonté de l’améliorer est là.
Kimp