Fin de la grève des transporteurs routiers

0
38

 

Plus de peur que de mal ! Même si l’on a frôlé la catastrophe, le pire a été évité de justesse avec la signature intervenue le samedi tard dans la nuit du communiqué conjoint pour lever la grève des transporteurs routiers sur la Nationale N°1. Sous la présidence du Premier ministre, une réunion marathon s’est tenue durant toute la journée du samedi à la Primature, regroupant d’un côté quatre ministres du gouvernement central, le Gouverneur intérimaire du Bas-Congo et de l’autre les représentants de Fédération des Entreprises du Congo, l’Intersyndicale du secteur des Transports routiers et le président du syndicat FORC.

            Après de rudes discussions, toujours sous la présidence du Premier ministre, les deux parties ont fini par trouver un compromis qui arrange tout le monde, a indiqué à la presse le Professeur Modeste BAHATI Lukwebo, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale qui, aux côtés des ses collègues des Finances, de l’Intérieur, des Transports et Communications,  a usé de toutes les artifices pour convaincre les transporteurs routiers de revenir aux bons sentiments. On signale aussi que le Général Raüs CHALWE, inspecteur provincial de la Police Nationale pour le Bas-Congo a effectué le déplacement de Kinshasa pour prendre part à ces discussions.

            On rappelle que cela fait deux semaines que les transporteurs routiers avaient immobilisé leurs engins, causant ainsi des conséquences graves sur l’économie du pays, particulièrement des provinces qui importent et exportent par les ports de Matadi et Boma. Quant on sait que la voie ferroviaire n’existe plus que de nom, ce sont les transporteurs routiers qui assurent l’approvisionnement de la capitale et des autres provinces telles l’Equateur, le Bandundu et dans une certaine mesure les deux Kasaï en tous les produits manufacturés de première nécessité et particulièrement les vivres les plus consommés tels la farine de froment, les huiles, le sucre, le lait liquide et en poudre, les produits pharmaceutiques, etc. Cette grève avait paralysé tout le secteur du commerce et les péculateurs en avaient profité pour provoquer la pénurie de divers produits de consommation courante. Le panier de la ménagère a été le premier à en souffrir avec le changement des étiquettes toutes les cinq heures de la journée. On a évité la catastrophe car beaucoup des ménages n’en pouvaient plus par ces temps d’après les fêtes de nouvel an où les gens ont beaucoup dépensé pour faire plaisir aux enfants. Les prix des denrées alimentaires avaient pris l’ascenseur à telle enseigne que la disette avait touché les familles les plus modestes qui ne survivent que grâce aux vivres importés tels les chinchards les croupions de dinde, les poissons salés, etc.

F.M.  

Communiqué conjoint pour lever la grève des transporteurs routiers sur la Nationale n°1

Sous la présidence de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, il s’est tenu à la Primature, la réunion regroupant les membres du Gouvernement central, le Gouverneur du Bas-Congo, les représentants de transport routier et le président du syndicat FORC.

            A l’issue de ladite réunion, les mesures suivantes ont été prises :

1. La fixation de la rémunération minimum du conducteur de poids lourds/routier à 300.000 FC pour 26 jours de travail et à 150.000 FC pour le convoyeur poids lourds.

2. La fixation à 45.000 FC soit l’équivalent de 50$ de prime par voyage pour le conducteur et à 22.500 FC soit 25$ au convoyeur poids lourds.

3. L’obligation faite à tous les transporteurs routiers propriétaires des véhicules de s’affilier à une organisation professionnelle de leur choix.

4. L’obligation faite aux employeurs routiers de liquider tous leurs arriérés de primes dues aux chauffeurs

5. La levée de la grève dès ce jour de samedi 19 janvier 2013

6. L’obligation faite aux chauffeurs et convoyeurs de bien gérer le matériel et marchandises sous leur responsabilité

7. Le début des négociations immédiatement après l’identification de tous ceux qui opèrent comme entreprises de transport sur la route nationale n°1.

Fait à Kinshasa, le 19 janvier 2013.

LEAVE A REPLY

*