Fikin : la Fondation Bralima s’ouvre au public

0
193

 La Bralima  ne s’intéresse pas seulement à la fabrication des boissons   mais  aussi à plusieurs autres secteurs.  La santé, l’éducation, le développement  retiennent également l’attention de la Bralima.
Chantal Mabunda, la vice- présidente de la Fondation Bralima et Director corporate affairs de cette entreprise et le médecin directeur de la Bralima, le docteur Kitenge en ont  longuement parlé lors de la conférence de presse tenue le lundi 24 juillet 2012 à la Fikin. C’était en marge de l’inauguration officielle des stands de la Bralima.
Le message  de la Fondation Bralima pour cette année,  aux consommateurs des produits Bralima s’articule autour de ces thèmes  : Consommation responsable de l’alcool, hygiène de vie, le geste qui sauve ,  la lutte contre le Vih sida, ont-ils souligné.

  Kitenge a précisé qu’il est indiqué de prendre la bière au bon moment, au bon endroit et en quantité normale.
 En  adoptant un style de vie approprié la pratique du sport, l’assainissement du milieu où l’on vit,  on peut éviter d’avoir des maladies des mains sales  comme le choléra, la fièvre typhoïde……. Ces maladies  causent d’énormes ravages chez nous.
Par ailleurs, il y a de nombreuses femmes qui meurent pour avoir perdu beaucoup de sang lors des accouchements.  Le don du  sang  peut  réduire ce genre des décès.
 En matière de lutte contre le Vih sida, la Bralima s’intéresse  aux volets prévention et prise en charge.  La prévalence du sida est relativement élevée chez nous.
 « Nous nous distinguons des autres entreprises en nous occupant même de nos anciens travailleurs devenus  séropositifs. Nous  ne pratiquons  pas la stigmatisation à l’endroit des employés atteints de cette maladie. D’autres entreprises devraient nous emboîter le pas sur ce point », a précisé Kitenge.

Responsabilité sociale.

 La Fondation, conçue pour mener des actions sociales, se focalise sur l’éducation et le développement, a fait observer Mabunda.
Le volet éducation comprend la réhabilitation des écoles, la création des centres d’alphabétisation dans le périmètre des rizeries parrainées par la Fondation, le soutien accordé aux initiateurs du concours national d’orthographe…
Le projet riz qui a redonné le sourire aux paysans et censé nous permettre d’économiser des devises est un bel exemple de notre contribution au développement de la RDC», a-t-elle ajouté.
 Réalisez-vous des bénéfices en investissant dans le social ? Reprenant la parole, Mabunda a dit qu’ils estiment avoir une responsabilité sociale. 
 «  Nous  restituons donc à la population une partie des dividendes engrangés ».
  Mabunda, Kitenge et leurs hôtes ont  ensuite fait le tour des stands. Certains ont été conçus pour accueillir des enfants qui apprennent les rudiments du français et de l’arithmétique. Ou encore qui peuvent dessiner, chanter…
Il y a des  boissons de la gamme Bralima, et des sacs de riz provenant des rizeries de Kingabua dans plusieurs stands.


                                               Jean Pierre Nkutu.

LEAVE A REPLY

*