Fikin 2010 : Foire ou kermesse ?

0
64

Ouverte depuis le 2 juillet 2010, la Foire Internationale de Kinshasa (Fikin) continue de tourner au ralenti. Après environ un mois de flottement, de nombreux exposants clament avoir investi à perte dans des contrats de location des stands à des taux variant entre 650 et 750 dollars américains. Boissons, nourriture, amuse-gueule et charcuterie ne trouvent  pas de preneurs qu’il y a deux ou trois ans. 

            A cause des pertes sèches qu’ils enregistrent au jour le jour, certains d’entre eux en appellent à la bonne compréhension des gestionnaires de la Fikin pour la révision à la baisse des frais engagés pour la location des stands. A les en croire, la Fikin 2010 ressemble à une copie collée d’une kermesse, comme on en rencontre de plus en plus dans les communes de Kinshasa pendant les grandes vacances scolaires en cours.

            Hormis les conférences thématiques et les produits manufacturés qui garnissent les pavillons de certaines entreprises publiques et privées, cette manifestation foraine ne présente rien de particulier. D’aucuns pensent que l’organisation des kermesses dans les différentes municipalités de la ville est un coup dur pour la Fikin 2010. Des milliers des visiteurs potentiels de celle-ci n’ont plus de raison de quitter leurs lieux de résidence, dès lors qu’ils trouvent sur place la musique, les boissons, les « malewa », les jeux-concours.

            Les artistes qui défilent à la Fikin sont les mêmes que ceux qui font la ronde des kermesses de la ville, notamment celles organisées à Ndjili, Kalamu, Kasa-Vubu, Bandal, Ngaliema, Limete, Kintambo, Mont-Ngafula ou Lingwala. Les deux stars invisibles à la Fikin sont Noël Ngiama Werrason et Jean-Bedel Mpiana, pour des raisons connues du commun des Kinois.

            La Fikin aurait pu faire la différence avec son célèbre Parc d’Attraction. Hélas, le projet de réhabilitation de ce dada-fétiche des tout petits exige des fonds que n’arrive toujours pas à dégager les gestionnaires de cette entreprise. Si elle ne veut pas être confondue à une grande kermesse, la Fikin aurait intérêt à innover. 

La Marsavco dans la promotion des artistes 

            On apprend que dans le lot des artistes qui se produisent à la Fikin figurent ceux que sponsorisent la Compagnie des Margarines, Savons et Cosmétiques (Marsavco). Hormis la promotion de la gamme de ses produits au prix d’usine (Mateja, Bona spéciale, Monganga…), elle a peaufiné un programme d’activités culturelles comprenant des concerts avec Reddy Amisi et d’autres musiciens. S’agissant du pavillon spécifique de la Marsavco, l’animation y est assurée en permanence par le groupe Martix Mélodie, Lavignora ainsi que de jeunes pratiquants des arts martiaux encadrés par Me Ilunga.

            Des artistes chrétiens sont également mis à contribution : cas de Marie Misamu, L’Or Mbongo et quelques groupes bénévoles. La danse classique est supervisée par Me Chalupa.

                                               Marlène Badila (Stg/Ifasic)

LEAVE A REPLY

*