Fièvre jaune en RDC : fin de l’épidémie la vigilance

0
38
Le ministre de la Santé publique, Dr Oly Ilunga Kalenga, a  officiellement  annoncé hier, la fin de l’épidémie de la fièvre jaune sur l’ensemble du pays. Cette déclaration qui a réjoui plus d’un compatriote, sur l’éradication de cette épidémie toujours dévastatrice, a été faite par le ministre, au cours d’un point de presse tenu le mardi 14 février 2017 dans les locaux de son cabinet de travail situé au 2eme niveau de l’immeuble du gouvernement à la Gombe.
Hormis la presse, de nombreuses personnalités ont également pris part à ce bref moment d’échange, entre autres : le Secrétaire général à la Santé publique,  Dr Mukengeshayi, le Représentant  résident de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Allarangar Yokuidé, les directeurs des services spécialisés du ministère de la Santé publique, des responsables des agences du Système des Nations  Unies en RDC et des  partenaires qui évoluent dans le secteur médical.
            Dans sa communication, Dr  Oly Ilunga s’est dit heureux de constater que depuis le 28 juin dernier jusqu’à ce jour, aucun nouveau cas autochtone n’a été confirmé. Et selon lui,  l’espace du temps observé l’a été en vue de répondre aux normes et recommandations  internationales  en la matière.
            Dr Oly Ilunga a renchéri qu’au vu du système écologique et environnemental que connait la RDC, la vigilance  doit être de mise d’autant plus que le pays reste un foyer à risque d’épidémie de fièvre jaune.
            C’était l’occasion pour le ministre Oly Ilunga d’inviter en même temps la population ainsi que les équipes de santé de son ministère, au maintien de strictes mesures de surveillance  et d’hygiène  environnementale.
            Abordant  par la suite la question relative au déroulement proprement dit de la campagne de lutte contre la fièvre jaune, le ministre de la Santé a rappelé que l’annonce officielle était faite le 20 juin 2016 par la tutelle.
            A l’en croire, cette épidémie  avait été importée à partir  de l’Angola avec une transmission locale à travers 4 provinces dont : le Kongo Central, la  ville province de Kinshasa, le Kwango  ainsi que le Lualaba.
            Il a rappelé que les premiers cas importés n’étaient pas notifiés depuis le 28 février 2016, alors que le premier cas autochtone avait été signalé par la suite, le 14 mars 2016, dans la zone de santé de Nzanza, à Matadi.
            Par ailleurs, face à cette situation, son ministère avait décidé  de renforcer la surveillance jusqu’en décembre 2016, sur le territoire national et au niveau des zones frontalières  avec l’Angola.
            Dr Oly Ilunga a d’autre part signalé que la riposte également avait été organisée à travers le renforcement de la surveillance épidémiologique et entomologique, la prise en charge des cas avec gratuité des soins, la lutte anti vectorielle, la sensibilisation ainsi que la vaccination de masses.
            Pour conclure, le ministre de la Santé publique s’est dit satisfait de l’engouement  enregistré lors des campagnes de vaccination pour  un total de 14.262.077 personnes sur 13.778.772 attendues, soit une couverture de 103.5 %.
Melba Muzola