Feuille de route de Malumalu : le MLC rejette le suffrage indirect

0
37

mlcAprès le pavé des évêques catholiques  qui se sont ouvertement   opposés aux élections municipales, provinciales et sénatoriales au suffrage indirect, telles que proposées par  le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, le Mouvement  de Libération du Congo vient à son tour de lâcher du lest.

Le Secrétaire Général adjoint et président du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale  du parti cher à Jean-Pierre Bemba, Alexis Lenga n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour rejeter le suffrage indirect et toute tentative de révision constitutionnelle soutenue par l’Abbé Malumalu dans sa feuille de route sur le processus électoral.

Accompagné de l’Inspecteur Général, Jacques Ndjoli, du président du comité interfédéral ainsi que des députés et sénateurs du parti de l’homme fort de Gemena, Alexis Lenga a sensibilisé la base de la Fédération du MLC Tshangu 3 à Kinkole le samedi 7 mars 2014  à barrer la route au projet de l’Abbé Malumalu.

 Il a affirmé que la révision de l’article 197 de la Constitution pour la tenue de scrutin au suffrage indirect constitue un recul de la démocratie et une planification d’un hold up électoral par le président de la CENI, qui a déjà fait ses preuves à la présidentielle de 2006 avec les tripatouillages des résultats, empêchant  Jean-Pierre Bemba, élu par la majorité du peuple congolais, d’accéder à la magistrature suprême.

Alexis Lenga a rappelé que le MLC garde un mauvais souvenir de l’actuel président de la CENI, transporté dans un char en 2006 pour aller proclamer les résultats  du premier tour de l’élection présidentielle.

Le Secrétaire Général adjoint du MLC chargé des fédérations deTshangu a saisi l’opportunité pour informer l’opinion que son parti n’a jamais signé le « Code de bonne conduite » de la CENI, pour ne pas cautionner la dérive de Malumalu.

Concernant la libération de Jean-Pierre Bemba qui continue à croupir dans sa cellule de la Haye, le président du groupe parlementaire du MLC a fait savoir  que la chambre  préliminaire de la Cour Pénale Internationale devait se prononcer sur les préalables soulevés par la défense sur la subordination des témoins que son parti considère comme un montage, faute de preuves.

Ce haut cadre du MLC a assuré les partisans d’IGWE de la libération imminente de leur leader, qui doit revenir au pays de ses ancêtres pour assurer une alternative crédible en RDC. Tout en appelant à l’unité de l’opposition, ce proche de Bemba a fustigé le fait que le porte-parole de l’Opposition n’est toujours pas désigné alors que l’actuelle législature tend à sa fin.

ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*