Félix Tshisekedi pressenti candidat de l’UDPS

0
26

 Le Secrétaire Général de l’UDPS, Alexis Mutanda, était face à la presse le jeudi 23 septembre 2010, à la permanence de Limete. Sa communication était articulée en 4 points : la vie du Parti, les élections de 2011, le rapport de l’Onu sur les crimes commis RDC de 1993 à 2003 et la situation à l’UPN. Parlant de sa tournée dans les deux Kasaï, du 03 août au 12 septembre, il a fait état d’une parfaite communion entre la base du parti et sa haute direction. L’état des lieux a révélé la dégradation avancée de toutes les infrastructures et la montée de la misère. 

            En ce qui concerne les élections, Alexis Mutanda a fait état du maintien de la candidature d’Etienne Tshisekedi, président national, à la magistrature suprême du pays. Le lider maximo, a-t-il indiqué, est « l’unique alternative au pouvoir dans notre pays… » pour « faire du Congo un pays solide, prospère et respectable ». D’où l’appel à un soutien massif des combattants à cette candidature.

            L’UDPS a joint sa voix à celle de nombreux compatriotes qui estiment que « la CEI a cessé d’exister depuis la mise en place du Parlement issu des élection de 2006 ». Par conséquent, elle « n’est pas autorisée à se mêler de près ou de loin des opérations liées aux élections».

            Pour ce qui est de la CENI, Alexis Mutanda a signalé que son parti était en contact avec les groupes parlementaires et députés de l’opposition «  pour un aboutissement heureux de la requête de l’UDPS de faire partie de la composition de ce Bureau ».

            A propos de la CENI, une source crédible nous a révélé que ce parti aurait proposé le nom de Félix Tshisekedi comme un des représentants de l’opposition extra-parlementaire au sein de son futur bureau. La même source a tenu à préciser que le président national serait étranger au choix porté sur son fils. Il semble que les cadres de l’UDPS approchés pour siéger éventuellement à la CENI, apprend-on, auraient décliné l’offre. On cite à cet effet le cas de Kapika, qui aurait confié à son entourage que ses ambitions politiques se situeraient à un autre palier. Bref, d’aucuns pensent que Félix Tshisekedi ne devrait pas constituer un sujet à controverse.

            Face au rapport de l’Onu sur le génocide au Congo, la position de l’UDPS est qu’il soit publié le 1er octobre 2010 avec tous les faits graves y consignés. Le parti d’Etienne Tshisekedi exige  une nouvelle enquête en RDC sur les périodes allant de 1990 à 1993, au motif que beaucoup de crimes y avaient été commis, puis de 2003 à 2010, car « le tableau des violations des droits de l’homme s’est davantage noirci ». En plus, il préconise des mesures d’urgence à prendre par l’ONU pour la stabilité de la sous-région des Grands Lacs ainsi que pour la protection des enquêteurs et des témoins.

            L’UDPS a déploré les incidents graves enregistrés à l’UPN la semaine dernière et frappé de nullité la décision du ministre de l’ESU (Enseignement Supérieur et Universitaire) portant fermeture de plus de 200 établissements d’enseignement médical. 

                                         Kimp.

LEAVE A REPLY

*