FEC : un centre de documentation et une salle de formation inaugurés

0
389

FEC BKVRésultat d’un long processus de collaboration entre la Fédération des entreprises du Congo et l’Agence française de développement, le projet de création d’un centre de documentation et d’une salle de formation pour cadres et agents de la FEC, qui jadis, était un rêve que caressait le président national  de l’organisation patronale dans sa vision stratégique, est depuis hier, une réalité vivante.

L’inauguration en a été faite par l’ambassadeur de France en RDC, Luc Hallade, en présence de M. Albert Yuma Mulimbi, du directeur de l’Agence française de développement, de la ministre provinciale de l’Education, Mme Thérèse Olenga, du 1er vice-président national Kiwakana, de l’administrateur-délégué André Tshiabantu, du secrétaire général de la FEC Kimona Bononge, et des membres du comité national, des cadres et agents de la FEC.

Le président national de la FEC en a profité pour remercier l’ambassadeur de France en RDC, pour la concrétisation de ce projet concocté avec le soutien de plusieurs partenaires dont l’Agence française de développement et le Conseil permanent des chambres consulaires africaines CPCCAF.

Après avoir mis en épingle le soutien de la ministre provinciale de l’Education, au rôle pédagogique de la FEC, Albert Yuma Mulimbi lui a demandé d’être son interlocuteur auprès des instances de ce pays pour que la FEC puisse disposer d’un droit de regard, ainsi que des pépinières de formation de cadres au sein de l’ISC et de l’ISTA. C’est un projet qui le tient à cœur et qui peut aider à améliorer la formation des comptables, des fiscalistes et des techniciens pouvant répondre aux besoins des entreprises. Il a indiqué que des universités sont prêtes à venir former des dirigeants et des cadres de la FEC.

Aussi pour garantir sa capacité à défendre et promouvoir les activités de ses membres, la FEC, a indiqué son président national, se devait de se moderniser, de se restructurer et de se transformer.  Ses instances dirigeantes ont alors élaboré un programme de renforcement des capacités qu’elles ont soumis, pour financement, aux principaux bailleurs de fonds. Parmi ces partenaires, l’Agence française de développement a, dans le cadre du Fonds d’études et de renforcement des capacités, signé le 8 mai 2008, en RDC, un accord de financement pour la réalisation de l’audit fonctionnel de la FEC.

L’objectif de cet audit, réalisé en 2009 par un consultant indépendant, a consisté à proposer une structure organisationnelle de la FEC, afin de diversifier et de renforcer l’efficacité, d’améliorer la qualité des services offerts aux entreprises, de conforter les positions de lobbying de la Fédération à l’égard des partenaires étatiques et internationaux, et de consolider son rôle d’animateur et de régulateur de l’activité économique de la RDC.

Albert Yuma Mulimbi note que l’AFD a accepté d’appuyer le projet de renforcement des capacités de la FEC, grâce à un financement lui octroyant une subvention d’un million d’Euros pour la mise en œuvre de son plan d’actions prioritaires comportant plusieurs axes, dont la création de quatre centres provinciaux de documentation et d’information, la mise en place d’un portail économique internet, la création d’un centre de formation des dirigeants et cadres des entreprises et celle d’un fichier consulaire et d’entreprise.

Enfin, le président national de la FEC a esquissé une sorte de bilan des programmes réalisés avec l’appui de l’AFD, avant de dévoiler les défis auxquels son organisation patronale est confrontée.

L’ambassadeur de France en RDC a loué la vision stratégique du président national Yuma qui a permis une convergence d’intérêts avec le Conseil permanent des chambres consulaires africaines francophones, et la réalisation de ce projet soutenu par l’AFD et qui offre pour la FEC, de perspectives intéressantes pour l’avenir. Car, il permet de montrer que la Francophonie n’est pas seulement de beaux discours, mais des projets qui participent à l’amélioration du climat des affaires et à la prospérité des entreprises.

Luc Hallade a fait savoir que l’accord de financement avec la FEC arrive à terme en décembre 2014, avant d’exhorter cette dernière à pérénniser les acquis de cette collaboration avec l’AFD, et à trouver d’autres soutiens.

M. Bérgé, le chef de ce projet, en a fait la présentation en rappelant ses principales étapes, ainsi que tous les partenaires qui ont œuvré pour sa matérialisation.

            Pour sa part, Mme Patience Dia, chargée de communication de la FEC, qui assurait la modération, a dévoilé ensuite, toute la fonctionnalité du portail internet congobusiness, qui comprend des rubriques diversifiées à même d’offrir une plus grande visibilité de l’activité économique en RDC, et le rôle joué par les entreprises privées.

            Après la coupure du ruban symbolique, le centre de documentation et d’information a livré ses secrets. Il comprend une grande bibliothèque et une documentation numérique qui fera le bonheur des intellectuels de disciplines scientifiques et techniques diverses.               J.R.T. 

LEAVE A REPLY

*