FDLR au Burundi : fausse alerte !

0
40

En réponse aux rapports alléguant l’infiltration de quelques éléments des FDLR dans la province de Cibitoke, au Burundi, la Mission des Nations Unies en RDC (Monuc) a dépêché le 24 août une équipe  auprès du Bureau Intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), pour des investigations supplémentaires et des échanges sur le développement. Après deux jours de consultations, a révélé le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich, porte-parole militaire de la Monuc, l’équipe conjointe BINUB-MONUC a conclu qu’il n’y avait ‘’pas de preuve concrète de la présence armée des FDLR au Burundi à ce moment’’.

Pendant ce temps, des représailles des miliciens FDLR sur la population n’ont pas cessé la semaine dernière au Sud-Kivu. Le 23 août par exemple, ils ont pillé du bétail vers le Nord du village Irangi, à 31 km au Nord-ouest de Bunyakiri, dans le territoire de Kalehe. Le 25 août 2009, les FARDC ont rapporté à la MONUC l’attaque des FDLR dans la localité de Nyakabere, à 38 km au Nord d’Uvira.

 Dans la nuit du 25 au 26 août 2009, les FDLR ont lancé une attaque sur le village Lwashoga, dans le groupement Kanyola du territoire de Walungu, brûlé deux maisons et emporté du bétail.

Par ailleurs, Jean-Paul Dietrich rapporte que 25 des 43 soldats des FARDC donnés pour décédés depuis le début des opérations, ont été tués par des mines anti-personnel placées par les FDLR. Le responsable de la Monuc à Bukavu a initié immédiatement des investigations et conseillé la sensibilisation des FARDC et des Casques bleus de la MONUC au sujet de la présence des mines dans leurs espaces d’opérations.    

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*