FCC : la plate-forme de Kabila et ses ministres

1
453

Lambert Mende, ministre de la Communication et Médias, a surpris tout le monde hier jeudi 07 juin 2018 dans l’édition de 20 heures de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) pour annoncer la naissance d’une nouvelle plate-forme électorale, dénommée Front Commun pour le Congo (FCC), fruit des échanges entre membres du gouvernement,
à l’occasion d’une retraite organisée récemment à leur intention.

Adoptée hier en Conseil des ministres, elle a reçu l’adhésion de
l’ensemble des membres du gouvernement.
Ce nouveau regroupement politique, a-t-il indiqué, a d’ores et déjà
jeté son dévolu sur le président de la République, Joseph Kabila,
comme « Autorité morale ». En attendant sa sortie officielle et la
signature, par ses membres, de son Acte constitutif, il est précisé
que son objectif majeur est le soutien à un candidat unique lors de
l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.
Selon le porte-parole du gouvernement, le Front Commun pour le Congo
est ouvert aux membres du gouvernement, toutes tendances confondues,
ainsi qu’à ceux des partis et regroupements politiques déjà existants
qui, tout en y prenant leur adhésion, restent sociétaires de leurs
familles politiques d’origine. Les portes du FCC sont également
ouvertes à toutes les personnalités qui souhaiteraient y adhérer à
titre individuel.
Cela sous-entend que le FCC va exister concomitamment avec  la
Majorité Présidentielle ainsi que les partis et plates-formes qui la
composent. Joseph Kabila va revêtir, dans ce cas, la double casquette
d’« Autorité Morale » à la fois de la MP et du FCC.
A dire vrai, les observateurs avisés ne sont pas surpris par l’arrivée
de ce nouveau regroupement politique sur la scène politique
congolaise. En effet, des fuites parvenues aux médias depuis quelques
jours faisaient état de la création imminente d’une méga plate-forme
électorale qui devrait regrouper des ministres de la Majorité
Présidentielle comme ceux de l’Opposition, dans l’optique des
prochaines élections.
La question qui reste sans réponse est de savoir si le futur dauphin
du Chef de l’Etat sera tiré du chapeau  de la MP ou du FCC. En tous
les cas, les choses vont devenir claires au mois de juillet, à
l’occasion du dépôt des candidatures pour les élections
présidentielle, législatives nationales et provinciales. L’autre
question qui trotte dans les méninges est de savoir si le FCC va être
autorisé à présenter un candidat à la présidentielle, étant donné que
le ministère de l’Intérieur a déjà bouclé, depuis le mois de mars, la
liste des partis et regroupements politiques habilités à participer
aux scrutins combinés présidentiel, législatifs nationaux et
provinciaux du 23 décembre 2018.      Kimp

1 COMMENT

Comments are closed.