Un faux député national appréhendé à la barrière de Mbankana

0
228

Check point de la police de Mbakana, commune de Maluku, à l’entrée de la ville de Kinshasa, des policiers commis au contrôle des véhicules, passent à la loupe un par un les camions et les voitures, aussi bien ceux en partance vers le Bandundu que ceux venant à Kinshasa. Bien que la pression des conducteurs soit forte sur les agents de l’ordre pour
accélérer le contrôle, afin de décongestionner le bouchon, ce matin du lundi 5 juin, le rythme de travail est lourd.

Dans une voiture banalisée en provenance de Bandundu, les policiers ont été intrigués par l’attitude du passager vautré sur le siège arrière d’une voiture banalisée. Regard fuyant, balbutiements dans le parler, l’homme tremblote comme atteint par une migraine soudaine. Qui êtes-vous, monsieur ? Présentez-vous ! ordonne un brigadier décidé à
l’identifier sur le champ et qui poursuit sans relâche son interpellation. Exhibez vos pièces d’identité !

A ces propos, l’homme s’emporte aussitôt, crachant sa colère, s’affichant en député national de retour dans la capitale, pour aller siéger à l’Assemblée nationale. Erreur ! Rien ne trahissait pourtant ni sa qualité, ni sa fonction d’élu du peuple. Et comme un député ne
tremble pas devant des policiers, le gaillard est suspecté sur le champ.

A titre de pièce d’identité, il va présenter une carte d’enrôlement
plastifiée fraîchement acquise au Kwango et n’avait rien sur lui comme
membre de l’Assemblée nationale. Un policier qui l’a longuement fixé
de regard, a fini par le reconnaître comme un ancien malfaiteur et le
dénoncer à ses supérieurs. L’incident banal dans ses apparences, va se
muer à un brillant coup de filet de la police et prendre par la suite,
une autre tournure. Le commissariat provincial de la police alerté par
walkie-talkie décide de dépêcher sur le lieu, des limiers du Groupe de
lutte contre la criminalité et les stupéfiants.

Urgence : neutraliser davantage les malfaiteurs
Au poste de police attenant à cette barrière de la police de Mbakana,
les enquêteurs de la police criminelle vont tressaillir de joie en se
retrouvant face à un malfaiteur, mieux identifié par les services de
la police et qui passe pour le spécialiste de vols de grosses
cylindrées. Son nom et prénom sont Lubangula Matumona Hervé alias
Kimbongila. Il habite sur avenue Kingabwa n°54, quartier III, camp
Luka, commune de Kintambo, et s’est bâti une sinistre réputation,
celle de braquer les conducteurs et d’arracher les jeeps quatre fois
quatre, full option.
Dans les fichiers de la police, son passé récent dévoile qu’il a été
arrêté au mois de février 2017, pour vols de voitures. Coup d’œil sur
son palmarès : Kimbongila avait volé une Range Rover immatriculée 0084
AC/ 22. C’était le 8 février 2017 vers 23 H, non loin du domicile de
sa victime, M. Assani Usseni Jean, résidant sur avenue Lubumbashi n°
16, au quartier Ma Campagne.
Auparavant, on lui attribue le braquage de la Land Cruiser Prado
portant plaques minéralogiques 9965 AQ/01, commis le 14 janvier 2017 à
22 H, au quartier GB, commune de Ngaliema. Ce n’est pas tout. En 2016,
Lubangula Matumona avait signé une extorsion, le 14 novembre vers 21
heures. C’était sur la 5ème rue Limete, quartier industriel, et le
butin visé n’était autre qu’une jeep Toyota Hilux immatriculée 8057
AW/01, appartenant à la société chinoise Fresh Frozen Food  SARL.  Cet
homme s’était illustré par le braquage de la jeep d’un ministre
honoraire à qui lui et sa bande avaient arraché une jeep qui a été
restituée plus tard à la victime.
Pour tous ces vols, Kimbongila a fait l’objet de poursuites
judiciaires en règle pour association des malfaiteurs, vols à main
armée et détention illégale des armes de guerre, notamment trois armes
AKA avec une trentaine de munitions. Ce qui lui a valu d’être déféré
devant les autorités judiciaires, avant de se retrouver à la Prison
centrale de Makala d’où il s’est taillé en douce dernièrement avec ses
comparses.
Son évasion s’est estompée le lundi 5 juin 2017, à Mbakana, au moment
où il s’apprêtait de regagner Kinshasa pour la reconstitution d’une
autre bande des malfaiteurs. Le commissariat provincial de la police
qui l’a présenté hier aux médias, mérite des éloges pour avoir réussi
la capture de ce délinquant en cavale et craint pour sa dangerosité.
J.R.T.