La famille de notre collaborateur Fidèle Musangu menacée par des hommes en cagoule

0
365

fidele musanguTracasseries, tentative d’assassinat ou d’enlèvement ? On le saura peut-être un jour, mais toujours est-il que la famille de notre collaborateur Fidèle MUSANGU a passé une nuit très agitée et angoissée. En effet, le mardi 28 octobre dernier vers 22 heures, un quidam toque fort sur le portail principal de la résidence familiale située à Kintambo au quartier UTEX aux environs de la Maison Communale et du District de la Police Nationale de Lukunga. L’une des filles de notre confrère se précipite pour s’enquérir et tombe nez à nez avec un homme cagoulé portant un képi. Celui-ci demande si le paternel était déjà de retour car il a besoin de s’entretenir avec lui au sujet d’une enquête au nom et pour le compte de Mamam Zoë, non autrement identifiée. Béni, car c’est d’elle qu’il s’agit, prend tout son courage entre ses mains pour lui dire que le père arrive souvent très tard la nuit et ce serait mieux de revenir
demain tôt le matin.
En jetant par hasard un coup d’œil dehors et comble de malheur, cette nuit-là il faisait noir comme en enfer à la suite du délestage habituel, Béni découvre deux autres individus en cagoule dont l’un portait un sac sur son dos qui contenait probablement des armes à feu et qui étaient tous postés aux deux coins du grand portail. Elle se précipite alors pour alerter sa maman qui se trouvait dans la chambre parentale située au 1er niveau. Cette dernière descend en vitesse juste pour se rendre compte que les trois individus s’étaient déjà volatilisés dans la nature. Probablement par une voiture garée sur l’avenue Ngaliema.
Une voisine dénommée Maman IDA qui vend des bananes grillées au coin de la rue a eu la chance de reconnaitre le jeune homme du nom de Matondo qui avait guidé les trois individus jusqu’au domicile de notre collaborateur. C’est un familier de ce quartier où il entretient des relations suivies avec certains amis et connaissances depuis de longues années du fait qu’il réside de l’autre côté de l’Avenue Bangala où il gère un bistrot appartenant à une famille originaire du Sud Kivu. Un autre jeune homme du nom de Kalo et qui exploite un « ligablo » de vente des cartes de téléphonie cellulaire non loin de la résidence de la famille de notre collaborateur Fidèle MUSANGU l’a aussi reconnu et c’est grâce à lui que l’on est parvenu à mettre la main sur le sieur Matondo hier dans la soirée pour l’acheminer jusqu’au Commissariat de la Police. Selon les premiers interrogatoires, le sieur Matondo a déclaré reconnaitre les
trois hommes en cagoule et a promis de conduire les éléments de la Police jusque chez eux.
Qu’a fait notre collaborateur de si grave pour mériter ce sort peu enviable ? En attendant les résultats de l’interrogatoire serré au niveau de la Police avant de transférer M. Matondo et probablement avec ses complices au Parquet de Grande Instance de la Gombe, la famille de notre collaborateur vit dans la peur d’être attaquée la nuit par les mêmes individus en cagoule ou leurs complices si la Police ne parvient pas à les attraper. La famille MUSANGU lance donc un  appel pressant et pathétique aux autorités administratives et politiques ainsi qu’aux organisations de défense des droits de l’homme pour  assurer la protection physique et psychologique de ses membres ainsi que de leurs biens. Une plainte contre M. Matondo et consorts a été déjà  déposée à qui de droit. Nous y reviendrons.
Le Phare

LEAVE A REPLY

*