Face à la crise européenne : l’autorité monétaire surveille l’évolution de la situation économique

0
26

De nouvelles pas trop rassurantes fusent ces temps derniers de l’espace de l’Union européenne où certains pays connaissent des problèmes économiques et financiers majeurs, notamment les dettes de ces Etats et le chômage des jeunes. Après la Grèce le G 20 et le Fonds monétaire international sont actuellement au chevet de l’Italie et l’Espagne. Le plan d’austérité leur recommandé par l’Union européenne, couplé à un effort fiscal soutenu, notent les analystes, pourrait rassurer les autres partenaires à envisager une aide financière pour supporter leur déficit budgétaire.
Cette situation économique dont les répercussions sont imminentes pour les autres pays de la planète, est suivie de très près par l’Institut d’émission. En effet, la direction générale de la politique monétaire et des opérations bancaires passe chaque jour, sous surveillance l’évolution de tous les paramètres de la situation économique mondiale.

Un regard particulier est posé sur l’économie de la RDC.

Pour le mois d’octobre dernier, les analyses faites par ces services de la BCC établissent que dans la quasi-totalité des branches d’activité économique, les chefs d’entreprise consultés, sont d’avis que la conjoncture de l’économie de la RDC est favorable.
A court terme, elle présente des perspectives de plus en plus rassurantes. On peut à l’occasion, se baser sur leur optimisme affiché depuis le début de cette année jusqu’en octobre. Le solde global brut de leurs opinions auquel on se réfère, affiche une tendance à la hausse depuis septembre dernier. Il s’est fixé à 9,3 % en octobre contre 8,1 % précédemment.

Dans le secteur des industries extractives, la confiance des chefs d’entreprises reste de mise. Elle s’est toutefois redressée, notent les experts de la direction de la politique monétaire et des opérations bancaires, en septembre, pour demeurer favorable en octobre, avec une stabilité relative.
Le solde brut d’opinions dans ce secteur, font remarquer ces techniciens, était tombé à 0,0 % en août dernier. Aujourd’hui, il est remonté à 11,8 % en septembre pour s’établir à 11,6 % en octobre.
Cette reprise de confiance est consécutive, comme il faudrait le signaler, à la remontée des cours de certains métaux de base.
La Banque centrale du Congo a enregistré une nette reprise de la confiance des entrepreneurs, responsables des industries manufacturières, en septembre. Elle est positive en octobre alors que le solde brut d’opinions collectées par la direction de la statistique de la BCC, a légèrement fléchi, en passant de 13,3 % en septembre à 10,8 % en octobre.

Après le pessimisme exprimé en septembre, les chefs d’entreprises du secteur des services retrouvent la confiance en octobre. En effet, en passant de 10,8 % à 11,5 %, il est clair que le solde global brut d’opinions s’est nettement amélioré en octobre.
Ce n’est pas le cas dans le secteur de la construction où les chefs d’entreprises sont moins optimistes par rapport aux dix premiers mois de cette année. A l’allure où poussent les immeubles à travers le pays, auxquels s’ajoutent des bâtiments neufs, des craintes de la pénurie de certains matériaux de construction sont toujours perceptibles. Le solde brut d’opinions des entrepreneurs, indiquent les experts de la BCC, qui se situait à 37,5 % en septembre, a reculé à 7,1 % en octobre.

Le directeur général en charge de la politique monétaire et des opérations bancaires, Jean-Louis Kayembe wa Kayembe, est toujours habité par le souci, de réaliser un large spectre du baromètre de la conjoncture de l’économie congolaise. Pour ce faire, ses services souhaiteraient recueillir davantage d’informations économiques auprès des chefs d’entreprises des secteurs de la distribution des produits alimentaires, du secteur brassicole, tabacicole, pharmaceutique et autres.

J.R.T.

LEAVE A REPLY

*