Exploitation du pétrole dans le Lac Albert

0
129

Le Vice-président Tim O’hanlon : « Nous avons confiance aux institutions de la RDC et nous sommes très optimistes »

Tullow Oil International est l’une des sociétés ayant participé activement   au 4ème Congrès du pétrole de Kinshasa en République Démocratique du Congo. Sa délégation a été conduite par son Vice-président Mr Tim 0’Hanlon. En marge de cette grande rencontre, ce dernier s’est entretenu à la presse non seulement sur sa brillante intervention mais aussi et surtout sur les ambitions de cette société pétrolière en Afrique en général et en République Démocratique du Congo en particulier.

 

Depuis Cotonou jusqu’à Kinshasa aujourd’hui, comment trouvez vous l’évolution des assises de l’APPA, la qualité des intervenants et celle des sociétés qui exposent ?
 La conférence était très bien organisée, avec des intervenants et interventions très intéressants, des présentations très professionnelles et instructives pour nous tous. L’APPA devient de plus en plus sérieuse dans le secteur pétrolier mondial.

 

L’Ouganda n’est pas encore membre effectif de l’APPA mais vous y êtes très actif ?
 Effectivement ce sont les pétroliers qui prennent le risque de chercher du pétrole et c’est grâce à nos efforts, que bientôt des pays comme le Ghana et l’Ouganda vont bientôt devenir membres de cette association.  Un motif de fierté pour nous d’y avoir joué un rôle.
 Comment se portent les activités de Tullow Oil au Ghana, en Ouganda où vous êtes déjà opérationnel depuis quelques années ?
 Au Ghana nous sommes en plein travail pour commencer la production d’un grand champ qui s’appelle Jubilee. Nous allons, après le découpage, réaliser le record pour l’Afrique de l’Ouest surtout pour le drill off shore et cela va changer la vie de tous les ghanéens.
 En Ouganda nous avons trouvé un éléphant aux abords du lac Albert, pas dans un champ mais dans plusieurs champs différents.  Nous avons trouvé 800 à 900 millions barils de réserve seulement sur la rive ougandaise. C’est donc un projet de plusieurs milliards de dollars qu’il faut développer. Il faudra construire un pipeline qui ira jusqu’à l’océan indien et entreprendre beaucoup d’études de développement. En outre, c’est une zone environnementale délicate, il y a une industrie de pêche sur le lac Albert.   Et il n’y a pas de choix à faire entre tout cela. On veut avoir aussi bien l’industrie du pétrole que le tourisme et la pêche sur le lac. C’est donc un énorme investissement. Nous allons avoir deux nouveaux partenaires : Total une société loyale dans le monde pétrolier et SNOOC, très bien quottée en Chine.  Le gouvernement ougandais est très content de les accueillir. C’est un mariage à trois très élegant.

Dans votre exposé, vous avez parlé de 17 milliards USD comme chiffre d’affaires mais d’aucuns disent que vous avez du mal à réunir 1 milliard en Ouganda ?
 Nous avons une valeur en bourse de 17 milliards. Evidemment, nous n’avons pas un problème d’argent. Nous sommes en plein travail au Ghana où nous allons investir plus de 3 à 4 milliards de dollars. En Ouganda nous avons un projet de 10 milliards Usd pour développer les réserves, nous allons avoir comme je vous l’ai signalé, Total et SNOOC comme partenaires plus grands que nous financièrement sur la bourse à Londres. Pour votre information, l’année dernière, pendant la crise financière nous avons été approchés par notre banquier qui nous a ouvert une ligne de crédit de 2 milliards.  C’est pour démontrer que Tullow Oil n’a pas de problème d’argent pour ses investissements.

Vous avez parlé de l’Ouganda mais vous êtes également candidat pour l’exploitation pétrolière en République Démocratique du Congo. Que comptez-vous faire sur le plan social en RDC du côté de l’Ituri, que vous avez déjà fait en Ouganda ?
 Nous ne sommes pas seulement candidats en RDC, nous avons signé un contrat en 2006 sur les blocs 1 et 2 du Graben Albertine et nous attendons toujours une ordonnance présidentielle avant de commencer le travail. Nous espérons que le succès perceptible que nous avons eu en Ouganda va se répercuter sur la RDC ou même celui de la RDC dépasser celui de l’Ouganda. Nous avons les moyens techniques et financiers de trouver le pétrole et le développer. Sur le plan social, du côté de l’Ouganda nous avions trouvé une situation difficile pour la population sans eau potable ni écoles voire même sans formations médicales fiables. Cette partie ouest ougandaise était enclavée sans lien de communication avec d’autres coins du pays. Mais avec notre arrivée nous avons tant soit peu amélioré leur vie. En RDC nous pouvons changer la vie de la population aux environs du lac Albert d’abord par la création de l’emploi et d’autres infrastructures vitales. Aussi du coté congolais, 5 millions de dollars seront disponibilisés dans les 12 mois après la signature de l’ordonnance présidentielle pour changer la vie de la population de l’Ituri par la construction des écoles, des hôpitaux, des routes…. Des projets sociaux véritables, audit ables, en accord, bien entendu, avec la communauté locale en fonction de leurs besoins.  Et chaque année nous prévoyons 1 million de dollars de plus, toujours en faveur de la population.
 Nous sommes très optimistes, nous travaillons dans un secteur à risque. Nous respectons les lois. Raison pour laquelle nous n’avons  entrepris aucun travail avant l’autorisation du Président par la signature de l’ordonnance présidentielle. Nous avons placé notre confiance dans les institutions congolaises et avec des preuves bien évidentes que nous sommes une société sérieuse. Un délai supplémentaire n’est pas nécessaire et surtout pas dans l’intérêt du congo. Je suis optimiste que bientôt nous allons avoir le feu vert pour commencer.
             
Tullow candidat aux autres blocs en RDC ?
 Evidemment, notre spécialité, c’est de trouver du pétrole, de chercher l’or noir dans les zones frontalières en Afrique, dans les zones inconnues et les bassins nouveaux. C’est ainsi que nous avons du succès. La cuvette centrale nous intéresse beaucoup, de même que le lac Tanganyika. Nous allons participer si le gouvernement nous autorise à cet appel d’offres. Mais la priorité pour Tullow en RDC, c’est de rattraper le retard pris dans l’exploitation du lac Albert par rapport à l’Ouganda.

 

LEAVE A REPLY

*