Examen d’Etat 2016 : la 50ème session ordinaire lancée par Maker Mwangu et Jean Nengbangba

0
687

EXETATLa 50ème session ordinaire de l’Examen d’Etat a été lancée conjointement hier lundi, 20 juin 2016, par le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC), Maker Mwangu Famba, et par celui de l’Enseignement Technique et Professionnel (ETP), Jean Nengbangba. La délégation des deux ministres à mis à profit cette occasion pour visiter trois centres d’examen situés dans les trois provinces éducationnelles de la Ville de Kinshasa. C’est ainsi qu’ils ont visité successivement le Lycée Tobongisa à Ngaliema pour l’EPSP/Kin-Ouest ; l’Institut Bimwala à Kinshasa pour l’EPSP/Kin-Centre et le Collège Saint Etienne à Limete pour l’EPSP/Kin-Est. Les deux membres du gouvernement central de la RDC et leurs suites étaient rejoints et conduits par Thérèse Olenga Kalonda, ministre provincial en charge de l’Education. Cette visite de deux ministres gérant les secteurs fondamentaux de notre enseignement et cheminant la main dans la main, a prouvé, s’il en était encore besoin, la capacité de deux membres du gouvernement d’œuvrer pour promouvoir la cause de l’enseignement dans notre pays.

Prenant la parole à l’issue de cette tournée, Maker Mwangu Famba a souligné la valeur de cette institution qu’on nomme Examen d’Etat, inaugurée en 1967. Il a rappelé à tous et à chacun que l’Examen d’Etat a prouvé à travers notre histoire qu’il était un facteur de l’unité nationale. Même pendant les heures les plus troubles qu’a connues la RDC, aucune faction des rebelles n’a contesté ces épreuves. Au contraire,  tout le monde voulait son organisation et c’est à partir de Kinshasa que les instructions, les inspecteurs, les encadreursd’examen et les malles d’items partaient pour tout le territoire national. Ainsi le Ministre de l’EPS/INC a dit que cet Examen fait aujourd’hui la fierté de notre pays. Il a noté que la 50ème session accueille un total de 624.000 candidats, répartis sur l’ensemble du territoire national dans 1.793 centres d’examen et cela en lieu et place de 629.000 attendus. Donc 5.000 ont décroché pour des raisons diverses. En outre, il a affirmé que les épreuves sont organisées sans problèmes dans toutes les provinces du pays, y compris Beni, dans le Nord-Kivu où on avait initialement quelques inquiétudes. A cause de certaines pesanteurs, les élèves/candidats finalistes basés en
République Centrafricaine, a-t-il indiqué, devront attendre juillet pour passer leurs épreuves.

Livrant ses impressions, Jean Nengbangba a signalé que tout s’est déroulé normalement dans la filière technique dont il a la charge. A cet effet, il s’est dit impressionné par le nombre des filles qui choisissent les options techniques. Par ailleurs, Thérèse Olenga a souhaité qu’à l’avenir, il y ait une parité parfaite entre filles et
garçons dans ces épreuves et que le lauréat (ou lauréate) de cette session soit de Kinshasa. Les candidats ont passé hier lundi 20 juin, l’épreuve de Culture générale. Aujourd’hui, ils vont affronter les branches d’option. Demain 22 juin, il y aura les Sciences et le dernier jour, soit le 23 juin, il est prévu les langues.
SAKAZ