Examen  d’Etat 2015 : hier, toutes les options organisées à Kinshasa ont affiché leurs résultats

0
269

exetatLes résultats de l’Examen d’Etat 2015 (49ème édition de ces épreuves d’Etat) pour toutes les options organisées dans les trois provinces éducationnelles de la Ville-Province de Kinshasa ont été rendus publics hier mercredi, 15 juillet 2015, par le Premier ministre Matata Ponyo, dans la commune de la Gombe. Cette préférence  de publier à la Primature a été justifiée par l’importance particulière qu’accorde le chef du gouvernement à la Primature à la « Révolution de la Modernité » et à « l’émergence en RDC d’un pool d’intelligences d’ici l’an 2030 », conformément à la vision du Président de la République. Selon le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC), Maker Mwangu Famba, cette vision présidentielle ne peut se concrétiser sans un enseignement de qualité de notre jeunesse. Pour  lui, le développement et la vision du Chef de l’Etat ne peuvent s’opérer que sur le banc de l’école. C’est ainsi que les résultats de chaque session de l’Examen d’Etat – et accessoirement ceux du Tenafep aussi – restent à ce sujet, un indicateur précieux de la voie qu’on doit suivre pour la rénovation de notre Système éducatif.

Le Premier ministre a eu la primeur de cette publication en découvrant les meilleurs lauréats d’environs trente-cinq options organisées dans toutes les communes de la capitale, à la grande satisfaction des lauréats et de leurs parents. Cette publication effectuée le 15 juillet 2015 a répondu à une tradition ou plus exactement à ce qui est devenu, au  fil des années, une tradition. Une tradition au fil des années parce qu’une telle régularité de date ne s’était jamais opérée avant l’arrivée du locataire actuel à ce ministère qui est parvenu à informatiser la correction. Et cela, trois semaines seulement après la fin de la passation des épreuves. Le ministre de l’EPS/INC a expliqué qu’en publiant les résultats de toute une province administrative en une fois, le gouvernement veut éviter de longues attentes aux lauréats et à leurs  proches, leur fournir assez de temps pour se réorienter dans les professions, les études supérieures et universitaires et, pour les candidats malheureux, de se positionner pour reprendre leur année terminale.

SAKAZ