Examen d’Etat 2015 : 15.357 candidats aux épreuves préliminaires

0
270

Hier dimanche, 22 février 2015, 15.357 candidats autodidactes ont passé  sur l’ensemble du territoire national les épreuves préliminaires de la 49ème édition depuis l’institutionnalisation de l’Examen d’Etat. Celles-ci se présentent comme un ensemble de tests portant sur le Français, l’Anglais, les Mathématiques et la Culture générale. L’objectif est de détecter parmi les autodidactes, ceux possédant un bagage intellectuel à même de leur permettre la participation à une session de l’Examen d’Etat. La réussite à ces tests ouvre la voie à la participation à la dissertation et à la session ordinaire. Dans l’effectif des candidats autodidactes, il convient de souligner un effectif de 15.000 candidats (regroupés dans 257 centres d’examen) qui concourent pour le Diplôme d’Etat du cycle long du secondaire, tandis que 357 candidats (regroupés dans 8 centres d’examen) se positionnent pour celui du cycle court,
autrefois sanctionné par un diplôme délivré par un simple jury de fin de cycle court.

Globalement, il a été constaté cette année scolaire un accroissement de 6% des effectifs d’autodidactes par rapport à l’année écoulée. Mettant à profit cette passation, une importante délégation conduite par Thérèse Olenga Kalonda – ministre provinciale en charge de l’Education, de l’Environnement, de la Conservation de la nature et du Genre – et dans laquelle figuraient respectivement le secrétaire général et l’inspecteur général à l’EPS/INC, Dieudonné Lufunisabo et Michel Djamba, a visité trois centres d’examen dans la capitale. Comme il est de tradition, cette délégation voulait constater, de visu, l’effectivité de la bonne passation de cette épreuve à Kinshasa. Trois centres ont reçu la visite de ces autorités scolaires : il s’agit de l’Institut Technique et Commercial de Limete (ITC/Limete) dans la Province éducationnelle de Kinshasa/Est ; Lycée Toyokana à Kinshasa/Centre et Institut de la
Gombe à Kinshasa/Ouest. Dans les différentes salles d’examen visitées, Olenga a encouragé les candidats parmi lesquels figuraient un homme de 67 ans et  fille de 16 ans ; une précocité qui a attiré l’attention des illustres visiteurs.

Seule richesse de Kinshasa : les ressources humaines
La ministre provinciale de l’Education cite  chaque fois en exemple la détermination du plus âgé pour montrer qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre et que seule la volonté de réussir compte pour transformer la vie d’une personne et la faire avancer dans sa profession. Elle a souhaité une bonne réussite à tous les participants.
A la fin de sa tournée, elle a tenu à insister sur le fait que la Ville-Province de Kinshasa n’a pas d’autres richesses – pas de diamants, de l’or, du cuivre ou du pétrole – que les ressources humaines. Pour ce faire, a-t-elle dit, le gouvernement provincial accorde une particulière attention à la formation de sa population pour soutenir le Chef de l’Etat dans sa politique pour un Congo émergent et l’édification d’un pool d’intelligences en Afrique. Enfin, parlant des effectifs de la capitale, elle a avancé le chiffre de 3.500 candidats et que la participation de la femme, dans l’ensemble, est de 46%. Elle espère que cela augmentera l’année prochaine.

SAKAZ