Examen d’Etat 2014 : 54% de réussites

0
2173

exetat_2011_nordkivuLe ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker MwanguFamba, a clôturé officiellement la publication des résultats de la 48ème session de l’Examen d’Etat, en annonçant les statistiques globales de réussites de toute la session. A ce sujet, il a précisé qu’il y avait au total 613.279 candidats réguliers et autodidactes, qui ont concouru dans cette session pour l’obtention d’un diplôme d’Etat. Parmi eux, seulement 336.864 lauréats sont sortis du lot et réussi à décrocher un diplôme d’Etat, soit un taux de 54% de réussite. Evidemment, il n’a pas oublié de noter que par rapport à l’année passée 2013 qui n’avait enregistré que 47% de réussites, ce taux représente un progrès. Le premier responsable de l’EPSP a fourni  ces explications lors d’un point de presse qu’il a tenu en présence de quelques uns de ses collaborateurs – dont l’Inspecteur général à l’EPSP, Michel Djamba – le samedi 02 août 2014, dans la grande salle de réunions de son cabinet de travail, dans la commune de la Gombe.

            Abordant quelques détails, il a fait remarquer que les garçons, qui étaient au nombre de 396.185, ont donné 216.330 lauréats, soit un taux de 54% ; tandis que les filles, au nombre de 217.008 ont  réalisé 120.534 réussites, soit un taux de réussite de 55%. Ces statistiques ont conduit le Ministre à conclure que les filles ont mieux travaillé que les garçons et qu’il faut absolument les encourager à embrasser massivement les études ; cela à partir du niveau fondamental jusqu’au sommet du cycle secondaire. En outre, les candidats «hors frontières nationales» ont réussi dans l’ensemble avec un taux de 65%. La province la moins performante est celle du Maniema avec un taux de réussite de 35%. Par contre, les autres provinces ont eu respectivement des taux de réussite de 58% pour la Ville-Province de Kinshasa ; 51% pour le Bas-Congo ; 55% pour le Bandundu ; 47% pour l’Equateur ; 58% pour la Province Orientale ; 52% pour le Nord-Kivu ; 53% pour le Sud-Kivu ; 35% pour le Maniema ; 56% pour le Katanga ; 59% pour le Kasaï-Occidental et 56% pour le Kasaï-Oriental. Pour achever l’analyse des statistiques de cette session, le Ministre a mentionné le nom de plus jeune lauréate qui est KanzaMunguPlamedi (15ans), qui a réussi avec 69% dans l’option Commerciale-Informatique au Collège Cardinal Etsou 1,  dans le  réseau des écoles conventionnées catholiques de la Division provinciale EPSP/Kin-Centre ; tandis que le plus vieux lauréat est un homme,  WalolekondaLomandja Albert, 59 ans, autodidacte de l’option Pédagogie générale, à Lodja,  dans le Sankuru.

Vandalisme dans les écoles : les parents invités à  éduquer leurs enfants au respect des biens communautaires

            Maker Mwangu s’est montré très attristé en évoquant la question des écoles vandalisées et brûlées dans certains coins de la  République, telles le Katanga (Kolwezi où il y a  eu la plus grande destruction des biens scolaires, Kalemie, Moba, Kamina) ; Province Orientale ; Equateur ; Kasaï Oriental (Mbuji- Mayi…). Le ministre a rappelé l’effort fourni  par le gouvernement pour construire et réhabiliter des écoles, sur fonds propres, en vue de répondre à la vision du Chef de l’Etat qui a fait de l’éducation « la priorité des priorités », conscients qu’aucun développement n’est possible sans l’éducation. Dans ce cadre, il a rappelé que 100 millions de dollars américains ont été déboursés pour la construction de 1000 écoles sur l’ensemble du pays. Des telles destructions méchantes ne font qu’annuler cet effort salutaire pour la Nation. Il a lancé un appel pathétique à chaque parent pour une éducation citoyenne au respect des biens communautaires,comme l’école, l’hôpital. L’école doit être et rester un sanctuaire que personne ne peut violer, même en temps de conflit.

            S’adressant à tous les candidats malheureux de cette session, il a aussi rappelé que l’échec n’est pas une fin en soi, et que chaque personne doit apprendre à construire sur l’échec ; à tirer des leçons et à travailler en conséquence. Il a donné son propre exemple, quand il était dernier de la classe en 2ème année primaire, et il a aussi des problèmes à l’université. Mais loin de se décourager – surtout encadré par ses parents – il a changé d’option et  terminé brillamment ses études universitaires. A son niveau, il s’est refusé à prendre précipitamment des sanctions en attendant les conclusions des enquêtes judiciaires. Une fois cela fait, il y aura, à coup sûr des sanctions – voire des radiations – à l’endroit des élèves, enseignants et autres personnes impliqués dans ce «crime» contre l’éducation.

            Avant de terminer, il a annoncé que la rentrée scolaire 2014-2015 reste fixée au 08 septembre 2014, conformément au calendrier scolaire. En conséquence, il a vivement souhaité que chaque parent prenne à temps ses responsabilités car il n’y aura pas de report de la rentrée scolaire.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*