Examen d’Etat 2014 : 11.973 auto-didactes ont passé les préliminaires

0
118

IMG_9946eleves-finalistesLes épreuves préliminaires de la 48ème session de l’Examen d’Etat  se sont déroulées hier dimanche, 23 février 2014, sur l’ensemble du territoire national. Organisées par le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), ces épreuves visent à sélectionner les candidats autodidactes ayant le niveau requis pour participer aux épreuves hors session et à la session ordinaire de l’Examen d’Etat 2014 qui se déroulera en juillet prochain.

 A travers les onze provinces de la RDC, l’Inspection générale de l’EPSP a dénombrée au total 11.973 candidats autodidactes à cette 48ème session de l’Examen d’Etat. Maguy Rwakabuba, vice-ministre à l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, a mis cette occasion à profit pour descendre dans trois centres d’examen de la capitale, situés respectivement à l’ITC-Limete, dans la province éducationnelle EPSP/Kin-Est ; au Lycée Toyokana, dans la province éducationnelle EPSP/Kin-Centre et à l’ITI-Gombe, dans la province éducationnelle EPSP/Kin-Ouest. A elle seule, la capitale a aligné 3.257 candidats autodidactes.

Pendant cette visite d’inspection, elle s’est fait accompagner de plusieurs autorités politiques et scolaires de la ville-province de Kinshasa, parmi lesquelles Clément Bafiba, vice-gouverneur et Thérèse Olenga Kalonda, ministre provinciale en charge de l’Education, Genre et Environnement. Dans le premier centre visité, Maguy Rwakabuba s’est entretenue avec plusieurs autodidactes parmi lesquels figurait le plus vieux d’entre eux : Ndofula, un adulte de 58 ans. Elle a considéré que la présence des candidats adultes prouvait a suffisance que l’instruction n’a pas d’âge et qu’à n’importe quel moment, on peut toujours s’instruire pour servir son pays. Elle a exhorté tout le monde à bien travailler et souhaité la réussite à tous les candidats. Poursuivant sa visite à l’EPSP/Kin-Centre, elle a également remarqué dans une salle la présence d’un autre adulte de 69 ans (Diafuku), tandis que le benjamin du centre (Ngoma) est âgé de 17 ans. A l’EPSP/Kin-Ouest, le même scénario s’est répété avec un adulte de 68 ans et un jeune de 17 ans.

A l’issue de cette visite, elle a manifesté sa satisfaction de constater que non seulement ces épreuves préliminaires sont bien organisées, mais elles lui ont donné aussi l’occasion de constater la soif d’apprendre qui caractérise les candidats. Elle a conseillé à tous ses compatriotes qui ont l’amour des études de ne pas se laisser bloquer par des difficultés. Enfin, face aux statistiques confirmant la prépondérance des garçons sur les filles, elle a souhaité que le nombre des filles à ces épreuves puisse croître et être en parité avec celui des garçons.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*