Examen d’Etat 2013 : la session ordinaire démarre ce lundi

0
100

3659535969_7e5c160f61_zLa 47ème session ordinaire de l’Examen d’Etat démarre ce lundi 24 juin 2013, sur l’ensemble du territoire de la République Démocratique du Congo. Cette activité qui n’est rien d’autre qu’une évaluation des élèves finalistes des Humanités secondaires – mais également des candidats autodidactes ayant réussi aux épreuves préliminaires – est programmée, comme à l’accoutumé, sur quatre jours, soit du 24 au 27 2013. A l’Inspection générale du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), les responsables sont optimistes. Cet optimisme s’explique par le travail déjà abattu en amont. Les malles d’items d’examen, confiées à la responsabilité des gouverneurs de province et des services de sécurité, ont été déjà acheminées vers toutes les provinces du pays et même certains pays limitrophes. En effet, l’Examen d’Etat est organisé aussi pour les communautés congolaises, les réfugiés et certaines écoles francophones fonctionnant dans certains pays limitrophes tels que Cabinda, en Angola, Congo/Brazza, Burundi, etc. Le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR) est mis en contribution pour garder les malles et faire passer les épreuves pendant les quatre jours

Au ministère de l’EPSP, on rappelle à l’intention des chefs d’établissements l’instruction donnée par la hiérarchie qui ne veut pas voir des élèves finalistes du secondaire chassés des salles d’examen et rater ces épreuves à cause des difficultés de payement des frais scolaires. Les frais scolaires sont et restent, conformément aux instructions scolaires, une question qui se règle entre les parents, le comité scolaire des parents et la direction de l’école. Une inquiétude se manifeste dans l’opinion toutefois au sujet de la passation de cette session dans les provinces en situationh de conflit comme le Nord-Kivu. Le gouvernement, à travers le ministère de l’EPSP, a pris les dispositions nécessaires, en partenariat avec la Monusco, pour grouper les candidats et sécuriser les centres d’examen. Tous ces efforts consentis chaque année pour la bonne passation de ces épreuves font dire aux autorités de l’EPSP que l’Examen d’Etat – comme d’ailleurs le Test national de fin d’études primaires (Tenafep) – est et reste un véritable ciment pour la Nation congolaise.

A cette occasion, il convient de rappeler que l’Examen d’Etat est une institution qui livre des parchemins de fin de cycle secondaire depuis quarante six ans et la session actuelle est la 47ème du genre. A l’origine, il a été institué pour mettre un terme à la multiplicité des titres scolaires homologués ou non qui foisonnaient sur le marché et semaient par conséquent la confusion.  A ce titre, il a eu à traverser des moments fastes mais aussi très difficiles. Créé en 1967, l’Examen d’Etat conférait un certificat d’Etat à un lauréat ayant obtenu entre 50 et 59%,  tandis que celui ayant obtenu 60% et plus avait un diplôme d’Etat. La réforme ayant aboli cette distinction est intervenue lors de la 6ème session de l’Examen d’Etat, en 1972, où tous les lauréats ayant obtenu 50% et plus, ont bénéficié d’un diplôme d’Etat.

  SAKAZ

LEAVE A REPLY

*