Evasion des détenus dans des cachots de Matete

0
95

Des détenus se sont évadés de cachot de la police du district de
Matete ainsi que de celui du Parquet de Grande Instance de Matete. Les
faits se sont produits le 10 juin 2016 entre 3 heures et 4 heures du
matin. Selon les informations recueillies sur place, l’attaque a
commencé au niveau du district. Un groupe constitué d’une dizaine des
personnes, armés d’armes blanches et portant des tissus rouges au
niveau de la tête ont attaqué les installations et occasionné
l’évasion des détenus trouvés sur place ainsi que la mort de quelques
éléments de la police nationale congolaise.
Sur place, l’on a pu observer des documents administratifs jetés à
même le sol ainsi qu’un véhicule stationné  juste à l’entrée du
bâtiment incendié. Déterminé, affirment les témoins,  le groupe a pris
le chemin du parquet de Grande Instance de Matete situé à quelques
mètres de là. Les assaillants, malgré la résistance des forces de
l’ordre alertées pour la circonstance, ont favorisé l’évasion de trois
détenus et incendié tous les véhicules des particuliers saisis par le
parquet avant de se volatiliser dans la nature.
Contacté par Le Phare, le Procureur de la République près le Parquet
de Grande Instance de Matete n’a pas voulu se confier à la presse. Ce
qui n’a pas permis d’avoir des amples détails sur la situation
produite au niveau du cachot du District et du nombre des évadés ainsi
que les dispositions sécuritaire prises.
Toutefois, certains magistrats rencontrés au niveau du tribunal,
derrière le marché Tomba, ont affirmé qu’il peut s’agir d’un nombre
peu important des évadés. Car, le 6 juin dernier, il y avait eu une
évacuation vers la Prison Centrale de Makala.  Néanmoins, même si le
nombre n’est pas alarmant, cela ne dédouane pas l’acte criminel,
ont-ils martelé.
Il faut signaler que c’est depuis le 17 mai que des évasions de masse
sont signalées dans les milieux carcéraux congolais. Des assaillants
vident les prisons et se  volatilisent dans la nature sans que l’on
puisse mettre la main sur un seul d’entre eux. Après l’attaque de la
Prison Centrale de Makala ayant causé l’évasion d’un nombre
considérable des détenus et prisonniers, c’était le tour des cachots
dans la province du Kongo Central où des détenus avaient pris la
fuite.
Voilà que moins d’un mois après la ville de Kinshasa a vécu la même
situation avec le même mode opératoire que lors de l’attaque de la
prison centrale de Makala. Actuellement, il est difficile de savoir
s’il s’agit de la même équipe qui avait attaqué la Prison Centrale de
Makala  ou c’est une autre.   Yves Kadima