Evariste Boshab : ses révélations en 5 points !

0
49

Un anniversaire dans un mandat politique est une interpellation. 30 lois votées dont 22 promulguées par le chef de l’Etat ! Un record jamais atteint par une assemblée nationale depuis l’accession de la RDC à la souveraineté internationale. Au cours de cette session, l’assemblée nationale va adopter plus de 10 lois grâce à la rationalisation du rythme de travail au sein des commissions spécialisées. Ce bilan n’est pas seulement celui du bureau mais surtout celui de tous les députés, toutes tendances confondues, a déclaré samedi 17 avril 2010 le professeur Evariste BOSHAB, lors d’une conférence de presse tenue dans son bureau de travail, au Palais du Peuple, à l’occasion de son premier anniversaire à la tête de cette institution. Coup de chapeau aux députés nationaux qui ont abattu un travail de titan et fort appréciable. La nation leur sera reconnaissante et l’histoire de ce beau pays béni des dieux les comptera parmi ses vaillants et dignes filles et fils, a ajouté celui qui continue à présider aux destinées du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD). Et comme preuve du travail de titan, le bureau de l’Assemblée nationale va déposer ce mardi le rapport financier, un acte fort de cet anniversaire qui témoigne de la rédaction d’un règlement financier déjà transmis à la commission économico-financière. En outre, l’Assemblée nationale est en train de vider les arriérés législatives avant de s’atteler aux nouvelles matières.

Pourquoi l’Assemblée nationale a-t-elle gardé le silence face aux décisions prises par le chef de l’Etat portant révocation et mise à la retraite des magistrats ainsi que des agents et fonctionnaires de l’Etat des régies financières ? Evariste BOSHAB a vite réagi pour signaler que son institution ne peut pas jouer le rôle dévolu aux cours et tribunaux. Tout celui qui estime avoir été sanctionné négativement, sans motif valable, n’a qu’en saisir la justice pour faire prévaloir ses droits. Avant de rappeler qu’à son temps le bureau avait attiré l’attention du gouvernement sur la cas de ceux des agents et fonctionnaires de l’Etat ayant rendu d’inestimables services à la nation. En clair, pas de confusion des rôles surtout pour un Etat qui tient au principe de la séparation des pouvoirs, a-t-il indiqué.

«Ma double casquette de président du bureau de l’Assemblée nationale et de Secrétaire général du PPRD qui est toujours le parti phare de la famille politique du chef de l’Etat n’est pas une première en RDC. Même si comparaison n’est pas raison, a-t-on oublié que Olivier KAMITATU avait exercé au même moment les fonctions de Secrétaire général du MLC et celles de président de l’Assemblée nationale pendant près de deux ans sous la transition de 1+4 ? Il n’y a donc pas d’incompatibilité quelconque, a indiqué le successeur de Vital KAMERHE.

Au sujet de la question de la double nationalité qui avait failli créer une grave crise au sein de l’hémicycle de Lingwala tout au début de cette législature, Evariste BOSHAB a laissé entendre qu’en droit, il n’y a pas eu un moratoire mais tout simplement un arrangement politique, en attendant un projet de modification de la loi sur la nationalité. Quant à l’affaire des députés nationaux ayant été reconnus coupables des manœuvres de minorisation des recettes fiscales à la Direction Générale des Impôts, le président BOSHAB a déclaré qu’à ce jour, le bureau n’a pas encore été saisi d’une quelconque demande de levée des immunités à charge des personnes citées. «Où en est-on avec le rapport sur l’accident à Kingasani de l’avion de marque Antonov qui avait été la cause de la révocation d’un membre du gouvernement GIZENGA I ?» Le bureau de l’assemblée nationale vient de décider que les après-midi de tous les mardis soient désormais consacrés à l’examen des rapports des commissions d’enquête. Et de rappeler que le ciel est serein entre la MONUC et le gouvernement, dans la mesure où chacun s’est engagé à respecter l’accord conclu il y a plus de dix ans pour le maintien de la paix sur toute l’étendue du territoire national.

Pourquoi à deux reprises, le Premier ministre n’a pas pu répondre aux interpellations lui adressées par la plénière ? Evariste BOSHAB s’est retourné vers le règlement d’ordre intérieur de l’institution, que ceux qui avaient déposé les motions d’interpellation n’ont pas respecté. Cependant, a-t-il noté, pour ne pas donner l’impression que l’on veut contourner cette pratique à laquelle l’Assemblée nationale peut recourir pour effectuer son contrôle sur l’exécutif, tous les mercredis sont désormais réservés à ce genre d’exercice qui se déroulera en séance plénière ouverte au public.

A la question de savoir pourquoi a-t-il effectué le déplacement de l’Iran alors que ce pays est placé dans le lot de ceux que les Américains, depuis Georges BUSH Walker, considèrent comme des « Etats Voyous », Evariste BOSHAB a affirmé que dans le cadre de la diplomatie parlementaire, ce voyage avait pour but de faire passer un message de paix et de bonnes relations entre deux Etats. «L’Assemblée nationale ne s’occupe pas du secteur des mines pour m’imputer les bruits de la vente de l’uranium à ce pays de l’Asie. Car, il s’agit là des bruits non fondés, dans la mesure où les mines de l’uranium ont été fermées depuis des décennies et que le travail de son extraction est complexe et exige une expertise scientifique dont ne dispose pas la RDC à ce jour.

Fidèle Musangu

LEAVE A REPLY

*