Des étudiants outillés pour débattre des questions de la cité

0
101

osisaLa formation organisée par Open society initiative for Southern Africa, à l’intention des étudiants de l’Université de Kinshasa, de l’Université catholique au Congo, de l’Université protestante du Congo et de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication, s’est terminée vendredi 7 novembre 2014, dans la soirée, au Centre interdiocésain à Gombe. C’est sous le signe de la satisfaction générale, aussi bien des organisateurs, des formateurs que des participants que ce programme de quatre jours a été sanctionné par la remise des prix aux gagnants du concours de l’art oratoire sur le débat citoyen, avec comme grande surprise que l’équipe de quatre finalistes  est d’office retenue pour aller représenter la RDC, au Concours international de l’art oratoire en 2015 à Paris. Les autres gagnants qui se sont distingués par un talent particulier, mais aussi par la verve oratoire, l’effort de
documentation, le courage et l’expression physique, ont remporté des ordinateurs, des dictionnaires et autres T-shirts.
Pour Roger Mvita de l’OSISA, cette formation n’est qu’une étape et cette formation va se poursuivre prochainement dans les autres provinces de la RDC, avec des étudiants d’autres universités et instituts supérieurs. Car, OSISA tient à toucher l’ensemble du territoire national.
Pour son organisation, le but est atteint, parce que l’art oratoire dont les fondamentaux ont été dispensés lors de la formation, a permis de susciter l’esprit et la culture du débat citoyen auprès des étudiants appelés à devenir des cadres de demain. Il a félicité les participants pour avoir assimilé en peu de temps, toutes les notions de l’art oratoire et d’avoir développé des talents d’orateur.
Le responsable du programme jeunesse à OSISA, a pour sa part, rappelé que cette formation est un long processus mis sur pied depuis 2012. Pascal Kambale s’est dit satisfait par de jeunes très dynamiques qui ont épaté tout le monde. Raison pour laquelle ils avaient décidé d’aider les jeunes et dans le cadre de la culture du débat citoyen, ils comptent les accompagner.
Il s’est également rappelé qu’avec sa collègue, Yaye Hélène Ndiaye d’Open society initiative for Western Africa, basée au Sénégal, ils avaient lancé un programme similaire pour des étudiants sénégalais. Pascal Kambale reconnait qu’OSISA se trouve devant des défis, notamment celui d’aller dans les provinces pour dispenser le même programme.
Adelard Obul Okwess, chargé de travaux à l’IFASIC, retient que cette formation a été une belle aventure où tout le monde a appris. Car, les formateurs congolais ont tiré beaucoup de leçons de l’expérience menée par Cyril Delhay et Romain Decharne, chercheurs à Sciences PO à Paris. Pour lui, le grand défi est de savoir ce que les apprenants vont faire de cet art.
Le chargé de travaux à l’INA Mobinzo a, quant à lui, loué la dynamique collective qui a permis d’organiser cette formation en faveur de la jeunesse. Et Cyril Delhay s’est réjoui de constater que les jeunes se sont donnés à cœur à cette formation, au point qu’ils doivent faire exploser le talent d’orateur qui sommeille en eux. Son collègue Romain Decharne a trouvé que les participants étaient convaincants et très prometteurs.
Yaye Hélène Ndiaye d’OSIWA, venue de Dakar pour partager son expérience avec ses collègues de Kinshasa, garde quant à elle, de bons souvenirs de ce programme de formation dont le débat parlementaire et le débat sur le code de la famille lui ont laissé de bonnes impressions.
Pour Grâce, une de finalistes, en dehors des auditoires, ils ont appris beaucoup, surtout comment affronter une assemblée et avec quelles armes, convaincre et amener ses adversaires, à épouser ses idées, en dépit de leurs préjugés.
J.R.T.

LEAVE A REPLY

*